Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Madame Bovary

Auteur : Gustave Flaubert

Date de saisie : 23/03/2007

Genre : Education, Pedagogie

Editeur : Larousse, Paris, France

Collection : Petits classiques Larousse, n 80

Prix : 3.95 / 25.91 F

ISBN : 978-2-03-583413-3

GENCOD : 9782035834133

Sorti le : 21/02/2007

Acheter Madame Bovary chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les courtes lectures : Lu par Marie Nicolle – 16/09/2008

Telecharger le MP3

Marie Nicolle – 02/04/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

Fait divers en Normandie : une fille d’agriculteur reveuse epouse un medecin decevant, s’ennuie a la campagne, prend des amants, s’endette et se donne la mort. Flaubert releve le defi de ce sujet banal. Madame Bovary ne dit pas seulement le malaise de toutes les femmes insatisfaites, de la mal mariee du XIXe siecle aux desperate housewives des feuilletons americains du XXIe siecle. Ce roman transforme en chef-d’oeuvre l’une des plus grandes tristesses humaines : celle de manquer sa vie.

Le dossier

Avant d’aborder l’oeuvre
Fiche d’identite de l’auteur
Reperes chronologiques
Fiche d’identite de l’oeuvre
L’oeuvre dans son siecle
Lire Madame Bovary aujourd’hui

Pour approfondir
Clefs de lecture
Genre, action, personnages
L’oeuvre : origines et prolongements
L’oeuvre : son courant, ses tendances
Vers le bac : ecrit et oral
Outils de lecture Bibliographie et filmographie

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

DES les premiers froids, Emma quitta sa chambre pour habiter la salle, longue piece a plafond bas ou il y avait, sur la cheminee, un polypier touffu s’etalant contre la glace. Assise dans son fauteuil, pres de la fenetre, elle voyait passer les gens du village sur le trottoir.
Leon, deux fois par jour, allait de son etude au Lion d’or. Emma, de loin, l’entendait venir ; elle se penchait en ecoutant, et le jeune homme glissait derriere le rideau, toujours vetu de meme facon et sans detourner la tete. Mais au crepuscule, lorsque, le menton dans sa main gauche, elle avait abandonne sur ses genoux sa tapisserie commencee, souvent elle tressaillait a l’apparition de cette ombre glissant tout a coup. Elle se levait et commandait qu’on mit le couvert.
M. Homais arrivait pendant le diner. Bonnet grec a la main, il entrait a pas muets pour ne deranger personne et toujours en repetant la meme phrase : Bonsoir la compagnie ! Puis, quand il s’etait pose a sa place, contre la table, entre les deux epoux, il demandait au medecin des nouvelles de ses malades, et celui-ci le consultait sur la probabilite des honoraires. Ensuite, on causait de ce qu’il y avait dans le journal. Homais, a cette heure-la, le savait presque par coeur ; et il le rapportait integralement, avec les reflexions du journaliste et toutes les histoires des catastrophes individuelles arrivees en France ou a l’etranger. Mais, le sujet se tarissant, il ne tardait pas a lancer quelques observations sur les mets qu’il voyait. Parfois meme, se levant a demi, il indiquait delicatement a Madame le morceau le plus tendre, ou, se tournant vers la bonne, lui adressait des conseils pour la manipulation des ragouts et l’hygiene des assaisonnements ; il parlait arome, osmazome, sucs et gelatine d’une facon a eblouir. La tete d’ailleurs plus remplie de recettes que sa pharmacie ne l’etait de bocaux, Homais excellait a faire quantite de confitures, vinaigres et liqueurs douces, et il connaissait aussi toutes les inventions nouvelles de calefacteurs economiques, avec l’art de conserver les fromages et de soigner les vins malades.