Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Mal a la tete

Auteur : Bill James

Traducteur : Catherine Richard

Date de saisie : 09/05/2008

Genre : Policiers

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Noir, n 684

Prix : 10.50 / 68.88 F

ISBN : 978-2-7436-1801-8

GENCOD : 9782743618018

Sorti le : 09/04/2008

  • Les presentations des editeurs : 10/05/2008

L’inspectrice Sally Bithron et sa superieure, la commissaire principale adjointe Esther Davidson, sont envoyees en mission dans une brigade eloignee de leur propre secteur.
Elles ont ete chargees par le ministere de l’interieur d’enqueter sur de possibles malversations. La demande d’enquete a ete declenchee apres le meurtre d’un informateur important dont le corps a ete retrouve dans une decharge, sauvagement larde de coups de couteau. La mort de cet indic, Justin Tully, a fait un certain bruit dans la presse et en haut lieu, car il semblerait qu’il ait ete sacrifie par la police afin de proteger un gros bonnet de la drogue.
D’emblee, les deux femmes se heurtent a l’hostilite de leurs collegues. Elles ne s’attendaient pas a moins et accueillent cette mission comme une escapade, une possibilite de fuir leurs problemes de couple. Mais bientot, la mort va de nouveau frapper, et cette fois, au sein de la police… Voici une nouvelle facette du talent de Bill James qui met en scene deux heroines au caractere bien trempe. L’occasion pour lui d’exercer sa verve feroce dans une mise en scene elegante et cruelle des faiblesses humaines.
Bill James a recu le prix du polar europeen du point pour son roman protection.

  • La revue de presse Sabrina Champenois – Liberation du 8 mai 2008

C’est Thelma et Louise chez les flics de sa Majeste. Le raid d’un duo de filles bien allumees, notamment au plan sentimental…
Huitieme roman de l’Anglais Bill James, as de police procedurals empoisonnes comme les meilleurs Scorsese, Mal a la tete ne releve pas que de la pochade, malgre son titre. Il y a bel et bien un cote delirant, notamment dans les dialogues…
Pour oser et surtout reussir ca, la valse des tons, des registres, il faut etre singulierement affranchi, ou inconscient. Ou les deux. On pense a Westlake ou a Marc Behm, c’est dire.