Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Margherita Dolcevita

Auteur : Stefano Benni

Traducteur : Marguerite Pozzoli

Date de saisie : 04/10/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 20.80 €

ISBN : 978-2-7427-7239-1

GENCOD : 9782742772391

Sorti le : 04/10/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Jacques Griffault de la librairie LE SCRIBE a MONTAUBAN, France (visiter son site) – 14/07/2012

Pianiste de jazz, auteur de chansons, de poemes, de nouvelles et de romans, Stefano Benni a une imagination debordante et un talent confirme de raconteur d’histoires. Son “Bar 2000” a ete un de mes gros coups de coeur. Aujourd’hui je vous invite a suivre sa nouvelle heroine, Margherita Dolcevita, une ado de quinze ans aux yeux bleus ensorceleurs, effrontee, idealiste, qui danse bien malgre qu’elle ait un leger defaut au coeur et soit un peu trop enveloppee – elle a renonce a perdre du poids “par crainte d’etre ensuite stressee par la peur de grossir”. Elle se debrouille plutot bien en classe, ecrit des poemes qu’elle qualifie de vraiment loupes mais voudrait devenir poetesse. Dans l’immediat elle dialogue avec “le fantome de la Petite Fille de poussiere, sa douce et effrayante amie”, qui se cache dans les ruines d’une maison bombardee.
Dans sa famille il y a le grand-pere qui a tout fait dans la vie : marin, vendeur d’oasis, homme-fromage dans les supermarches. Persuade que nous sommes envahis par les toxines et la nourriture avariee “il se mithridatise” : il habitue son organisme aux poisons en mangeant des yaourts perimes, des fromages moisis, de l’eau javellisee et en s’aspergeant d’insecticides… Le pere retraite est aussi avocat “defenseur d’objets” : il passe son temps a retaper, reparer, remonter et remettre en marche des objets, convaincu qu’ils soufrent si nous nous en debarrassons et les remplacons trop vite. La mere, assez bigote, ressemble a un “sachet de the utilise” ; excellente cuisiniere, elle est “larmacro” et verse des torrents de larmes en regardant sans arret les memes episodes d’une serie tele : Eternal love. Elle a arrete de fumer depuis des annees mais fume toujours des “cigarettes virtuelles”.
Giacento, le frere aine, dix-huit ans ressemble a sa soeur en cretin. Erminio, dit Eraclito, a douze ans. “Casse-couilles surdoue, sympa et terrifiant c’est la gachette de jeux video la plus rapide de l’Ouest”. Il y a enfin Roupillon, dit Roupi, un “chiencatalogue”.
Tous vivent des jours paisibles et plutot heureux dans leur coin de campagne aux portes d’une petite ville comme tant d’autres. Jusqu’au jour ou une bien etrange famille vient s’installer, juste en face de chez eux, dans une demeure ultramoderne en forme de cube noir, imposant et inquietant, qui va bouleverser l’ordre tranquille des jours.
Une histoire racontee par une Zazie a l’italienne, pleine d’humour, de poesie, de suspens, de trouvailles, qui se savoure jusqu’a la derniere ligne.

  • Le choix des libraires : Choix de Clo Brion de la librairie VANDROMME a LES VANS, France – 14/07/2012

Margherita Dolcevita, adolescente reveuse, poete, passionnee de lecture et d’ecriture, nous raconte son histoire et celle de sa famille un peu farfelue subissant l’arrivee de nouveaux voisins qui vont bouleverser leurs vies. Sur un ton faussement naif, onirique et plein d’humour, l’auteur nous invite a la decouverte d’un pays d’adultes sous l’emprise d’un modernisme exacerbe, du jeunisme et de l’intolerance denoncant par la meme une societe contemporaine aseptisee, artificielle, autant dans ses relations que dans les fleurs de jardin. Chacun a leur facon, le chien Roupillon dit Roupi, Margherita et son champ de mots-fleurs, son petit surdoue de frere feru de logique mathematique et leur grand pere aux experiences culinaires pour le moins curieuses, tenteront de marquer leur resistance a cet avenir peu rejouissant. Un tres bon moment de lecture qui devrait ravir aussi les adolescents.

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

LE POINT DE VUE DES EDITEURS

Quinze ans, quelques kilos en trop et un (grand) coeur qui bat sur un rythme atypique, voici Margherita Dolce-vita, la nouvelle heroine de Stefano Benni.
Un pere bricoleur acharne, une mere qui fume des cigarettes virtuelles, deux freres, l’un fana de foot, l’autre de mathematiques, un grand-pere qui avale des yaourts perimes pour se mithridatiser, et un chien indefinissable, Roupillon : c’est la famille de Margherita, habitant un dernier reste de campagne, aux portes d’une petite ville comme tant d’autres. Quant a Margherita, elle ecrit des poemes et dialogue avec la Petite Fille de poussiere, un fantome qui hante une maison frappee, il y a longtemps, par un bombardement.
Mais un jour apparait, juste en face, un enorme Cube noir et menacant. Il s’agit des nouveaux voisins, les Del Bene, image d’une “modernite” malefique qui fait voler en eclats la vie paisible de l’adolescente. Seul Angelo, leur fils aine, un beau “vampire blond”, tente de se soustraire a la vie hypocrite de ses parents.
Jusqu’au bout, Margherita, qui a decouvert les activites louches des Del Bene, se battra pour “notre miette de justice”, avec son humour, avec son intelligence et son refus des stereotypes, qui font d’elle une sorte de Zazie italienne.
Dans un roman polyphonique, melant l’humour, la poesie et les codes du roman policier, Stefano Benni nous offre une fable moderne, qui a deja remporte un immense succes dans de tres nombreux pays.

Passionne de jazz, auteur de chansons, de poemes, de recueils de nouvelles et de romans, Stefano Benni a ajoute, ces dernieres annees, une nouvelle corde a son arc en devenant acteur, comme en temoignent ses spectacles autour de Lolita ou de Moby Dick. Par ailleurs, il collabore regulierement avec de grands journaux et ecrit des chroniques pour Liberation. Sept romans et deux recueils de nouvelles ont paru en francais, dont, chez Actes Sud : Le Bar sous la mer (1989, et Babel n490), La Derniere Larme (1996), Helianthe (1997), Bar 2000 (1999, et Babel n 529), Spiriti (2002), Saltatempo (2003, et Babel n 750), Achille au pied leger (2005) et La Compagnie des Celestins (2006), qui a inspire le dessin anime Foot 2 Rue.