Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Marguerite Duras, une jouissance à en mourir

Auteur : Olympia Alberti

Intérieur Duras. Lors d’une journée d’automne, dans son appartement de la rue Saint-Benoît, Marguerite se repasse le film de sa vie « exténuée de désir », le récit des instants fondateurs, les angoisses, les joies – écrire, vivre. Grâce de cette introspection qui descend dans le moi profond. Choix du roman, qui libère l’imagination créatrice et met de la lumière et du partage là où l’absence empêche l’amitié. Ce voile ne cache rien mais révèle par la densité de son écriture la profondeur du lien qui a uni Marguerite Duras et Olympia Alberti, durant une douzaine d’années d’échanges, de lettres, de coups de fil, de visites. Ces pages sont beaucoup plus que le mot roman ne le laisse supposer, elles comblent une dette de gratitude, et construisent un récit unique, un texte libre qui laisse s’exprimer l’âme de Marguerite – ici, personnage de sa propre vie -, un défi immense et une joie inépuisable à faire revivre l’auteure de Lol V.Stein, L’Amant de la Chine du Nord, Savannah Bay, India Song, Emily L..