Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Mastroianni-sur-Mer

Auteur : Preface de Michel Braudeau | Enrique Vila-Matas

Traducteur : Pierre-Olivier Sanchez

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Essais litteraires

Editeur : Passage du Nord-Ouest, Albi, France

Collection : Traductions contemporaines

Prix : 19.00 / 124.63 F

ISBN : 978-2-914834-16-2

GENCOD : 9782914834162

Acheter Mastroianni-sur-Mer chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

“Le jour ou l’on decide de lire uniquement des choses que l’on comprend, on commence a se faire vieux. Il importe de rester sur le qui-vive, d’operer un choix de lectures pointu, de chercher des textes nouveaux ou differents et de se pencher sur eux sans crainte, quand bien meme ils nous paraitraient incomprehensibles, quand bien meme nous serions surpris de decouvrir qu’une nouvelle agence de voyages a ouvert sur la perspective Nevski. Sans risque, la grande fete du lecteur est incomplete. “Seule pouvons-nous appeler bonne litterature, dit Felix de Azua, cette ecriture qui cree un lecteur nouveau, et n’est pas une repetition en chaine.” La grace de la lecture consiste ainsi a lire ce qui nous semble incomprehensible, car n’oublions pas que la premiere fonction de l’art est d’etonner, de rompre nos habitudes de lecteurs et, a la lumiere d’un compartiment, de remettre a neuf ce qui est vieux. La lecture rajeunit, et cela est peut-etre l’argument le plus convaincant pour que les gens lisent. Tout le monde ne le sait pas mais le langage vieillit rapidement en nous, et seuls les ecrivains que nous aimons le renouvellent. Lire, a l’instar du rajeunissement, procure un certain plaisir festif instinctif, offre comme une seconde nature.”

  • La revue de presse Michele Gazier – Telerama du 18 decembre 2005

Dire que Mastroianni-sur-Mer est un recueil d’articles et de conferences de l’ecrivain espagnol Enrique Vila-Matas est a la fois juste et reducteur. Car Mastroianni-sur-Mer est beaucoup plus que l’assemblage de propos ecrits et/ou prononces au hasard des jours. A sa maniere, Mastroianni-sur-Mer est un journal intime-extime, les pages recollees que l’ecrivain a entassees dans sa besace de lecteur-voyageur curieux et qu’il redecouvre, relit et signe… Il y a du Bloc-notes a la Mauriac, version joie de vivre, de la parole juteuse a la Montaigne dans ces pages qui, modestement, entre rire et clins d’oeil, emotion et digression, nous parlent de tous ces mondes que Vila-Matas porte en lui et qu’il nous offre, a mi-voix, en toute complicite, avec la generosite de ceux qui savent distiller la confidence.