Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Maugis

Auteur : Christopher Gérard

Poète et fin lettré, le jeune François d’Aygremont vit avec sa mère Oriande à Bruxelles, capitale des XVII Provinces. Initié sous le nom de Maugis aux mystères d’une société hermétique qui remonterait à Empédocle d’Agrigente (Vème siècle avant J.C.), François étudie les belles-lettres à Oxford.
Peu après, il est mobilisé pour repousser les Teutons, qui, entrés en guerre contre l’empire britannique et le royaume de France, ont attaqué les XVII Provinces malgré leur neutralité. Capturé avec une poignée de ses hommes, il parvient à s’évader et sème la terreur dans les forêts ardennaises.
La capitulation des XVII Provinces met un terme à l’épopée de Maugis, qui regagne Bruxelles. Là, il entre dans un réseau clandestin dirigé par un de ses anciens professeurs, Léopold Bidez, et participe à diverses missions – renseignement et assistance aux Hébreux persécutés. Il fréquente également Aschenbach, membre dirigeant de l’Ordre Noir, qui exerce sur lui une étrange fascination et veut l’enrôler dans son ordre. Un soir, Aschenbach lui présente Machenka, captivante Russe qui gagne sa vie en chantant dans un cabaret ; François tombe aussitôt sous le charme de la jeune femme. Durant leur relation, houleuse et passionnée, François néglige ses amis, le réseau du professeur Bidez et les exercices spirituels imposés par la Phratrie.
Qu’il fréquente le poète opiomane Genséric et le peintre Arminius, initiés séduits par les thèses teutoniques, n’est pas pour dissiper les soupçons qui pèsent de plus en plus sur lui et le discréditent aux yeux de Bidez et de sa mère. Or il est bientôt contraint de se compromettre totalement : Machenka révèle aux forces d’occupation l’engagement clandestin d’Oriande, qui risque la déportation. François accepte la mission que lui confie Aschenbach en échange de sa protection pour Oriande : il se rend en Irlande neutre pour consulter la prophétesse d’Aran sur le sort des Teutons. Cette dernière refuse de répondre mais le libère de l’emprise maléfique d’Aschenbach et lui fait accomplir une descente aux enfers, d’où il remonte transfiguré.
Il est désormais Maugis l’Enchanteur, un devin aux grands pouvoirs. À la libération, il doit s’expatrier. Après un bref séjour dans un monastère, à Rome, et quelques mois en Inde, il gagne une lamaserie du Tibet pour y parfaire ses connaissances.