Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Memoires du vignoble genevois

Auteur : Jean Lamotte

Illustrateur : photographies Regis Colombo

Date de saisie : 16/04/2007

Genre : Agriculture

Editeur : Slatkine, Geneve, Suisse

Prix : 42.00 / 275.50 F

ISBN : 978-2-8321-0263-3

GENCOD : 9782832102633

Sorti le : 02/04/2007

  • Les courtes lectures : Lu par Claire Lamarre – 09/05/2007

Telecharger le MP3

Claire Lamarre – 09/05/2007

  • Les presentations des editeurs : 21/04/2007

En un quart de siecle, autant dire le temps d’une generation, le vignoble genevois a accompli une mutation quasi totale. Alors que la surface globale s’est a peu pres maintenue, la production est de moins en moins dominee par celle des cepages vedettes que furent pendant des decennies chasselas et gamay. Le rechauffement climatique et la maitrise des rendements ont permis la reussite de cepages nouveaux, plus tardifs, et la viticulture s’est individualisee et personnalisee, avec la disparition de la cooperative, qui avait sauve le vignoble un demi-siecle plus tot.
L’effort entrepris, par des professionnels eux-memes novateurs, vers une notoire variete de cepages s’est accompagne d’une montee en qualite qui place desormais la viticulture genevoise au niveau d’autres productions locales comme la bijouterie ou l’horlogerie, a croire que toute production genevoise beneficie de genes conduisant a l’excellence.

Journaliste a Geneve pendant une quarantaine d’annees, dont une vingtaine exclusivement consacrees a la gastronomie, l’auteur Jean Lamotte est sorti de sa retraite pour reunir dans ce volume les evenements marquants d’une evolution attachee a l’histoire de Geneve et dont il a ete le temoin. Les memoires du vignoble illustres des belles photos de Regis Colombo et de documents d’archives font l’objet de ce volume qui apporte a chaque Genevois le temoignage d’une mutation qu’il n’a pas forcement suivie de pres, mais qui illustre dans son domaine le genie local.

  • Les courts extraits de livres : 21/04/2007

A Geneve comme ailleurs, la viticulture n’a jamais ete un fleuve tranquille

Le XXe siecle aura impose un tournant decisif a bien des aspects de la vie sociale, influant profondement sur la vie des hommes du moment et des epoques a venir. Les exemples de ces bouleversements ne manquent pas, a commencer par l’energie atomique, cause de crainte instinctive bien comprehensible du public certes, mais par ailleurs indiscutable source d’espoir de reserve d’une energie inepuisable. Son acces aura ete rendu possible pour une bonne part grace a l’invention de l’ordinateur dont, au depart, on ne soupconnait pas qu’il pourrait autant se populariser, au point de devenir un outil quotidien indispensable dans bien des foyers. Les domaines ou d’autres bouleversements ont ete nombreux ne manquent pas non plus, au point que, revenu sur terre, un homme du xixe siecle aurait du mal a s’adapter a la vie qu’on lui ferait mener. Du meme coup, des techniques lentement elaborees, parfois au cours de plusieurs siecles de tatonnements, ont pu connaitre soudain des debouches que rien ne laissait auparavant prevoir, alors que d’autres se sont trouvees irresistiblement depassees. Pour ne citer qu’un exemple, celui de la machine a vapeur est particulierement eloquent. Dans l’elan, le siecle de la mecanique, qui a tellement facilite la vie de nos peres, a cede la place a celui de l’electronique, domaine ou se meuvent nos petits-enfants comme des poissons dans l’eau.
Parallelement a cette evolution memorable, et principalement en raison de leur proliferation, les hommes se sont soudain rendu compte que leur presence sur terre n’est nullement anodine et que le seul fait de respirer finit par mettre en danger l’equilibre naturel. Il peut meme paraitre decourageant que les meilleures intentions du monde ne soient pas indemnes de consequences facheuses, totalement imprevues au depart. La maniere dont sont accueillies dans le grand public des decouvertes aussi theoriquement prometteuses que par exemple les modifications genetiques montre ainsi que la confiance dans les progres de la science connait des limites auxquelles la reaction est d’une violence spontanee qui a parfois de quoi surprendre.