Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Memoires et cultures : Haiti, 1804-2004 : actes du colloque international de Limoges, 30 septembre-1er octobre 2004

Auteur : Michel Beniamino | Arielle Thauvin-Chapot

Preface : Rene Depestre

Date de saisie : 28/10/2006

Genre : Litterature Etudes et theories

Editeur : PULIM, Limoges, France

Collection : Francophonies

Prix : 25.00 / 163.99 F

ISBN : 978-2-84287-406-3

GENCOD : 9782842874063

Sorti le : 28/10/2006

Acheter Memoires et cultures : Haiti, 1804-2004 : actes du colloque international de Limoges, 30 septembre-1er octobre 2004 chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 11/11/2006

L’annee 2004 a ete marquee par le deux-centieme anniversaire de la proclamation de l’independance d’Haiti, premiere republique noire du Nouveau Monde, par Jean-Jacques Dessalines. La liberte acquise par les esclaves revoltes est un evenement majeur du XIXe siecle naissant, dont les consequences interessent la plupart des sciences humaines. Les actes ici rassembles s’interrogent sur la maniere dont l’heritage de la revolution haitienne se manifeste dans les differents aspects de la culture.
Ne l’oublions jamais, la naissance d’Haiti transforme l’affirmation formelle de la Declaration des Droits de l’Homme et du Citoyen en une realite, conquise durement. L’evenement servira longtemps d’epouvantail -en particulier dans les iles a sucre du domaine colonial francais – et continuera tout au long du siecle a etre present dans l’histoire nationale et regionale de la France ou les refugies de Saint-Domingue sont nombreux. L’oubli d’Haiti dans l’historiographie francaise sera sans doute l’une des consequences indirectes de la conquete du nouvel empire colonial…
Mais la liberation des esclaves de l’ancienne Saint Domingue pose aussi le probleme de l’anthropologie haitienne. Autrement dit, la memoire, la construction culturelle de la liberation est un point de depart evidemment essentiel pour comprendre la societe haitienne y compris dans ses aspects les plus recents.
La litterature pose egalement la question du role des ecrivains dans la construction des mythes culturels que ce soit par le biais de la litterature francaise (Hugo, avec Bug-Jargal, pour la litterature prestigieuse ; Rebell avec Les Nuits chaudes du Cap Francais, pour celle de second rayon), des innombrables recits de voyage, ou par celui de la litterature produite par les Haitiens aussi bien que par l’elaboration, en Afrique, d’une Haiti mythique, * echo inverse et diffracte de l’Afrique mythique de l’imaginaire haitien.

Michel Beniamino est Professeur de litterature francaise et francophone a l’Universite de Limoges. Il a publie L’imaginaire reunionnais (1992), Le francais de la Reunion. Inventaire des particularites lexicales (1996), La francophonie litteraire. Essai pour une theorie (1999). En collaboration avec Didier de Robillard, il a edite Le francais dans l’espace francophone (1993-1996) et avec Lise Gauvin, Les etudes francophones. Concepts de base (2005)
Arielle Thauvin-Chapot est maitre de conferences a l’Universite de Limoges et directrice de l’Institut du Francais Langue Etrangere. Elle enseigne la litterature haitienne et celle de l’Afrique subsaharienne et a publie de nombreux articles sur ces litteratures.

  • Les courts extraits de livres : 11/11/2006

Un soir de retour exaltant d’une campagne de reve le long des cotes du Honduras et du Panama, la parole royale de Le Vasseur s’enflamma dans les jours de Vent-en-Panne.
Apres avoir regne de bon concert sur les plants de tabac et sur le bois de campeche d’Inde ; apres un regne, egalement sans un nuage, sur les betes de la savane, sans parler du succes de nos assauts aux convois de Sa Majeste, le temps vient pour notre matelotage d’eclairer les regles de conduite de nos gens de La Tortue.
Sans distinction de pays d’origine, de couleur de peau ou de croyance, n’est-ce pas ?, fit Theo.
– La meme hauteur d’esprit et de corps d’homme doit etre mise a la portee de tous les habitants indistinctement anglais, indiens arawak, hollandais, negres des Afriques, engages maures, francais, italiens, juifs portugais, blancs des plus folles equipees, y compris les chretiens que la terreur des Espagnes fait rejoindre notre banniere de course oceane.
– Nos formes d’association et d’amitie sont l’inverse de l’ordre exterminateur des princes d’Europe, dit Theo.
– Oui, faisons tout pour rendre la vie libre et joyeuse, aux jours et aux reves de la Tortue ; la bonne nouvelle, plus vite que la poudre, se repandra ensuite de Saint-Domingue a Cuba, de Porto Rico a la Jamaique, des iles du Vent jusqu’a la terre ferme du Yucatan et de Carthagene des Indes.
– Tu es de l’avis, dit Theo, que l’homme ne vit pas seulement de pieces de huit et d’oeufs de tortue ?
– Outre les neuvaines et les cantiques, il faut a sa rage de vivre des fables, des jeux, des melodies, des fantaisies de toutes sortes.
– Des ripailles, des bacchanales, des nuits de bal masque, des histoires de coups de nombril et de bas-ventre, des rythmes de danse.
– Oui, Theo, ce bastion rocheux, pour mettre bas un nouveau monde,-outre d’un commerce en or et en argent- a besoin de porter sa douleur et ses fetes dans le bois, le cuir, le metal, la terre cuite, sans oublier la matiere sonore.
– Qu’est-ce que le cinquillo sinon l’element rythmique vital issu a la Tortue du brassage de l’Afrique et de l’Europe ?
– La Tortue metisse la cinquieme note de sa resistance au malheur avec la phrase musicale des conquerants !
– Oui, Theo, la vie ne se limite pas a la contredanse, a l’interlope, ni aux coupes que nos bras font dans les tresors a don Felipe IV !
– Nous offrons a sa chretiente un rythme fondamental digne de la mer libre que nous gouvernons.