Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Memoires vives. Pourquoi les communautes instrumentalisent l’Histoire

Couverture du livre Memoires vives. Pourquoi les communautes instrumentalisent l'Histoire

Auteur : Eric Kesslassy | Alexis Rosenbaum

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Documents Essais d’actualite

Editeur : Francois Bourin editeur, Paris, France

Prix : 16.00 €

ISBN : 978-2-84941-065-3

GENCOD : 9782849410653

  • Le journal sonore des livres : Nathalie Brutiaux – 13/04/2007

Telecharger le MP3

Nathalie Brutiaux – 13/04/2007

  • Les presentations des editeurs : 05/04/2007

Depuis quelques annees, la France est secouee par une serie de crises de memoire : polemique autour de la loi Taubira, affrontements sur les bienfaits de la colonisation, controverses autour des genocides, exigences de commemoration, proces mediatiques, etc. De nombreux groupes communautaires ont la memoire a vif, et leur malaise envahit le debat public. Peut-on apprehender avec justesse la dimension identitaire de ces revendications ? Ne sommes-nous pas entres de facon irreversible dans une ere de concurrence des memoires ? Les auteurs de Memoires vives analysent sans parti pris et avec lucidite ce qui conduit des minorites a instrumentaliser le passe pour reconstruire leur identite et pourquoi ce passe est devenu, en France, un tel objet de convoitise et de competition. Se situant resolument au-dela des polemiques, Memoires vives est un livre engage par la volonte de ses auteurs d’apporter leur pierre a l’edification d’une veritable communaute des citoyens et de lutter contre la fragmentation par le passe qui menace aujourd’hui notre societe.

Docteur en sociologie, Eric Keslassy est enseignant. Il a publie plusieurs ouvrages dont De la discrimination positive (Breal, 2004) et Tous egaux ! Sauf… (avec Martine Veron, Cavalier bleu, 2006).

Agrege de philosophie et docteur en psychologie, Alexis Rosenhaum est enseignant. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La Peur de l’inferiorite (L’Harmattan, 2005) et L’Antisemitisme (Breal, 2006).

  • Les courts extraits de livres : 05/04/2007

Comment construire une memoire federatrice ?

Pourquoi certaines appartenances ethniques sont-elles en effet devenues si attirantes, au point de menacer serieusement l’universalisme republicain ? En partie parce qu’elles promettent autant de benefices psychologiques que d’avantages en termes de mobilisation pour des objectifs socioeconomiques.
Les autres formes d’appartenance sont rarement aussi prometteuses. Appartenir a un groupement professionnel, academique, associatif ou sportif peut certes etre utile ou valorisant, mais ne represente en general qu’un soutien psychologique relativement superficiel. Les groupes ethniques et religieux peuvent dispenser, eux, des recits qui designent a chacun son origine et rendent signifiant son etre present. Une partie de leur force tient a cet usage du passe. Sans memoire individuelle, dit-on, il n’y a pas de soi. Sans memoire commune, peut-il exister un nous ? Tout se passe comme si certaines memoires collectives nous donnaient le sentiment profond de savoir qui nous sommes et ce que nous pouvons etre. Ce que le groupe a fait dans le passe semble former la matrice de son identite et offrir des indices de ce qu’il est capable de faire aujourd’hui ou demain. Mais quel genre de recit peut bien permettre de partager le sentiment d’une identite ? Comment la representation du passe offre-t-elle aux individus de tels sentiments d’unite ? Il nous semble que le passe acquiert une telle force a une triple condition : que les groupes choisissent des recits qui manifestent leur unicite, leur anciennete et leur cohesion.

– Informations legales – Programmation : Olf Software – Accessibilite, CSS et XHTML : Gravelet Multimedia