Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Meurtre d’un dissident : l’empoisonnement d’Alexandre Litvinenko et le retour du KGB

Auteur : Alex Goldfarb | Marina Litvinenko

Traducteur : Odile Demange | Claude-Christine Farny

Date de saisie : 07/06/2007

Genre : Documents Essais d’actualite

Editeur : Robert Laffont, Paris, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-221-10936-6

GENCOD : 9782221109366

Sorti le : 07/06/2007

  • La Radio des libraires : Celine Fillot de la librairie LIBRAIRIE d’EPINAY-SUR-ORGE a EPINAY-SUR-ORGE, France (visiter son site) – 18/06/2007

Telecharger le MP3

Celine Fillot – 18/06/2007

  • Le journal sonore des livres : Corinne Marotte – 10/07/2007

Telecharger le MP3

Corinne Marotte – 10/07/2007

  • Les presentations des editeurs : 18/06/2007

Allonge la, j’entends distinctement battre les ailes de l’ange de la mort. Je reussirai peut-etre a lui echapper, mais je dois avouer que mes jambes ne courent pas aussi vite que je le souhaiterais. Je pense donc que le temps est venu de dire une ou deux choses au responsable de ma maladie actuelle. Vous reussirez sans doute a me reduire au silence, mais ce silence aura un prix…

A. Litvinenko

Le 23 novembre 2006, Alexandre Litvinenko, ancien agent du KGB refugie a Londres, mourait empoisonne.
Relaye par la presse du monde entier, ce crime devient une affaire d’Etat. Sait-on aujourd’hui qui a commandite l’assassinat ? Et qui a pu se procurer le polonium 210, substance radioactive mortelle ? Dans un document exceptionnel, ou la realite depasse constamment la fiction, Marina, la femme de Litvinenko, et Alex Goldfarb, dissident russe lui aussi et l’un de ses plus proches amis, plongent le lecteur au coeur d’une fascinante enigme. Ils racontent la tragedie de Litvinenko comme personne ne pouvait le faire, et brossent, sur fond d’espionnage et de police secrete, dix ans d’histoire de la Russie, apportant de nombreuses revelations sur le systeme des oligarques (Boris Berezovski en tete), les trafics d’influence, la guerre en Tchetchenie et, bien sur, l’irresistible ascension de Vladimir Poutine du KGB a la tete de l’Etat.

Alex Goldfarb a fait la connaissance d’Alexandre Litvinenko dans les annees 1990 a Moscou, il l’a aide a fuir la Russie avec sa famille en 2000. Il dirige actuellement la fondation internationale pour les libertes civiles (Al) et vit a New York.

Marina Litvinenko est la veuve d’Alexandre Litvinenko. Elle a obtenu le droit d’asile en Grande-Bretagne, ou elle continue de vivre avec son fils.

  • Les courts extraits de livres : 11/07/2007

Droit d’asile

New York, 25 octobre 2000

La sonnerie de mon portable me reveilla en pleine nuit.
– Salut ! Tu es ou ?
C’etait la voix de Boris. Il m’appelait de sa maison de Cap-d’Antibes. Boris Berezovski etait a l’epoque l’un des plus riches et des plus puissants oligarques russes. Brouille avec le nouveau president, Vladimir Poutine – qu’il avait pourtant forme pour le job -, il avait annonce qu’il ne rentrerait pas au pays apres ses vacances en France. Poutine avait entrepris l’exclusion systematique de tous les allies de Berezovski encore en poste dans l’administration. Boris devait donc se mefier des ecoutes telephoniques, il s’assurait que je n’etais pas en Russie avant de commencer a parler.
– Tu te souviens de Sacha Litvinenko ?
Je m’en souvenais, effectivement. Membre du FSB (Service federal de securite), un des organismes qui avaient remplace le KGB, dans la division chargee du crime organise, le lieutenant-colonel Alexandre (Sacha) Litvinenko etait l’un des hommes de Boris. Deux ans plus tot, Sacha s’etait fait remarquer en organisant une conference de presse dans laquelle, entoure de quatre officiers masques qui confirmerent ses allegations, il denoncait un complot fomente par une poignee de generaux du FSB pour assassiner Berezovski. C’etait peu de temps apres la decision, prise par Boris Eltsine, de remplacer le directeur du FSB, un vieux general a trois etoiles, par Vladimir Poutine, un ancien espion sans envergure parachute par l’administration du Kremlin.
Attaquer le Kontora (le Bureau) publiquement, a la television et a une heure de grande ecoute, ne pouvait etre bien vu par le QG de la Loubianka. Litvinentko fut donc arrete peu apres sous le pretexte qu’il avait cogne un suspect quelques annees auparavant. Il passa plusieurs mois a Lefortovo, la tristement celebre prison de l’ancien KGB.
A l’epoque, j’avais demande a Boris de me presenter Sacha parce que je dirigeais pour George Soros (le financier americain) un projet de sante publique destine a endiguer une epidemie de tuberculose dans les prisons russes. Je voulais interroger Sacha sur les services medicaux de Lefortovo. J’avais eu acces aux prisons dependant du ministere de la Justice, mais pas a Lefortovo qui relevait du FSB. Je souhaitais rencontrer un ancien detenu pour me faire une idee de l’etat sanitaire de ces geoles secretes.
– Oui, je me souviens de Litvinenko, dis-je.
– Eh bien, il est en Turquie.
– Et c’est pour me dire ca que tu me reveilles a 5 heures du matin ?
– Il est en fuite.
Litvinenko se cachait dans un hotel de la cote mediterraneenne avec sa femme et son fils. Il s’appretait a se livrer a l’ambassade des Etats-Unis.
– Tu es un ancien dissident, me dit Boris, citoyen americain de surcroit. Sacha pense que tu es le seul a pouvoir l’aider.
– Mais pourquoi ? Je le connais a peine.
– Tu es le seul Americain qu’il connaisse.