Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Meurtres en bleu marine

Auteur : C.J. Box

Traducteur : Anick Hausman

Date de saisie : 17/10/2008

Genre : Policiers

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Seuil policiers

Prix : 22.00 / 144.31 F

ISBN : 978-2-02-094928-6

GENCOD : 9782020949286

Sorti le : 11/09/2008

Acheter Meurtres en bleu marine chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le choix des libraires : Choix de Christophe Dupuis de la librairie ENTRE-DEUX-NOIRS a LANGON, France (visiter son site) – 17/10/2008

“Si Annie Tayor, douze ans, n’avait pas emmene son petit frere William a la peche ce vendredi apres-midi d’un mois d’avril humide du nord de l’Idaho, elle n’aurait jamais assiste a l’execution ni croise le regard des assassins. Mais elle etait en colere contre sa mere.”
Ce sont les premieres phrases du roman et ce n’est pas la peine d’aller plus loin dans le resume, tout est dit.
Avec Meurtres en bleu marine, C.J. Box delaisse provisoirement son garde-chasse favori et ses terres du Wyoming pour nous emmener dans un recit serre (l’histoire tient en 60 heures) dont les deux gamins sont les protagonistes principaux. Comme a son habitude, C.J. Box met tous les elements en place progressivement et accelere le rythme regulierement jusqu’a un final haletant qui vous colle au fauteuil. Le paradis des hommes en bleu existe reellement, ce qui donne tout son piquant a cette histoire qui ne manque pas de mordant.

  • Les presentations des editeurs : 26/09/2008

S’ils n’etaient pas alles a la peche en ce debut de printemps, Annie Taylor, douze ans, et son frere cadet, William, n’auraient pas du fuir a toutes jambes apres avoir vu trois hommes en executer un quatrieme. Et leur mere, Monica, ne mourrait pas d’inquietude en ne les voyant pas revenir. Plus grave encore, les assassins, d’anciens flics de Los Angeles a la retraite, ne pourraient pas persuader le sherif de ce coin perdu de l’Idaho de… les laisser mener l’enquete ! Heureusement, Jess Rawlins, un rancher au bord de la faillite, recueille les deux enfants et, apres pas mal d’hesitations, decide de croire ce qu’ils lui disent avoir vu et de les proteger au peril de sa vie.
Reves brises par le manque d’argent, mais aussi courage et droiture d’individus qui savent dominer leur peur quand il faut defendre des innocents, Meurtres en bleu marine nous fait decouvrir un monde en proie a un conflit entre des flics pourris et un cow-boy integre.

Auteur de Detonations rapprochees, Winterkill, L’Homme delaisse, C. J. Box vit a Cheyenne, Wyoming, et a ete traduit dans plus de douze langues.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anick Hausman

  • Les courts extraits de livres : 26/09/2008

VENDREDI, 16 H 28

Si Annie Taylor, douze ans, n’avait pas emmene son petit frere William a la peche ce vendredi apres-midi d’un mois d’avril humide du nord de l’Idaho, elle n’aurait jamais assiste a l’execution, ni croise le regard des assassins. Mais elle etait en colere contre sa mere.
Avant d’etre temoins du meurtre, les deux enfants, vetus de grands sacs-poubelle qui devaient les garder au sec, s’etaient fraye un chemin entre les saules encore charges de pluie qui longeaient Sand Creek. A la suite d’une averse matinale, l’eau s’etait accumulee au creux des feuilles d’aulnes et les toiles d’araignee perlees de gouttelettes ployaient entre les branches. Lorsque le soleil avait disparu derriere les gros nuages noirs qui encombraient le ciel, le jour s’etait soudain obscurci, effacant le contour net des ombres et plongeant la foret dans une penombre desolante. Noire et spongieuse sous les arbres, la terre etait glissante le long du sentier. Les semelles des chaussures des enfants faisaient des bruits de succion tandis qu’ils remontaient peniblement les berges de la riviere.
Apres avoir quitte leur maison situee a l’exterieur de la ville, Annie et William avaient ete pris en stop par Fiona, la preposee au courrier. Elle les avait deposes quelques kilometres plus loin et ils avaient marche deux bonnes heures, cherchant en vain un endroit ou la riviere serait plus calme.
– Ce n’etait peut-etre pas une si bonne idee, avait dit le garcon de dix ans en haussant la voix par-dessus le grondement furieux du cours d’eau gonfle par la pluie.
Annie s’etait immobilisee, tournee vers son frere et l’avait toise du regard. Une longue canne a peche depassait du plastique qui recouvrait ses vetements.