Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Michael Pollak : de l’identite blessee a une sociologie des possibles

Auteur : Liora Israel | Daniele Voldman

Date de saisie : 05/06/2008

Genre : Sociologie, Societe

Editeur : CNRS Editions, Paris, France | Complexe, Bruxelles, France

Collection : Histoire du temps present

Prix : 25.00 / 163.99 F

ISBN : 978-2-8048-0143-4

GENCOD : 9782804801434

Sorti le : 16/04/2008

  • Les presentations des editeurs : 06/06/2008

Connu du grand public pour un livre novateur, Vienne 1900, paru en 1984, Michael Pollak, Viennois installe en France en 1971 pour y faire son doctorat, fut ensuite chercheur au Groupe de sociologie politique et morale (EHESS) et a l’Institut d’histoire du temps present (CNRS), jusqu’a sa mort en juin 1992 a l’age de 44 ans.
Dans le sillage de Pierre Bourdieu puis de Luc Boltanski et Laurent Thevenot, il exerca en France et en Allemagne une forte influence sur les sciences sociales, en sociologie d’abord, mais aussi en histoire, philosophie, litterature ou esthetique. Ses travaux sur L’Experience concentrationnaire et la Shoah, ceux sur le sida, Mai 68 ou sur la politique scientifique sont encore au coeur de bien des recherches actuelles.
Michael Pollak a defini le concept d’identite blessee placant l’idee d’epreuve au centre de l’experience sociale de l’individu. Son oeuvre peut egalement se lire comme une sociologie des possibles. Le travail de Pollak se distingue par sa rigoureuse interdisciplinarite, sa capacite a penser sociologiquement les situations extremes ou encore l’historicite des phenomenes sociaux. Ces analyses ont traverse de nombreuses recherches, faisant de Michael Pollak un des penseurs importants de notre temps.
Ce volume, ecrit par des specialistes de sa pensee ou de champs qu’il a traverses, souligne la diversite de ses apports et leur fecondite. Il illustre ses engagements, ainsi que les principales facettes de son itineraire intellectuel. Deux textes inedits de Michael Pollak completent cet ouvrage d’hommages et d’etudes.

Dirige par Liora Israel (EHESS, Centre Maurice Halbwachs) et Daniele Voldman (CNRS-CHS-Paris-1) qui avaient reuni un colloque sur la pensee de cet auteur a l’automne 2004 a l’Institut d’histoire du temps present, cet ouvrage comprend des contributions de Luc Boltanski, Gerhard Botz, Alain Desrosieres, Sarah Gensburger, Nathalie Heinich, Liora Israel, Pierre Lascoumes, Marie-Claire Lavabre, Cyril Lemieux, Jacques Le Rider, Janine Pierret, Marie-Ange Schiltz, Florence Tamagne, Pierre-Paul Zalio et deux textes inedits en francais de Michael Pollak.

  • La revue de presse Gilles Bastin – Le Monde du 6 juin 2008

Les textes reunis ici par la sociologue Liora Israel et l’historienne Daniele Voldman ont pour premier merite de composer une “biographie mosaique” d’un homme lui-meme tres attache aux “voix eclatees” qui forment l’identite d’un individu. Des voix dont il recueillit les traces dans L’Experience concentrationnaire (Metailie, 2000), cette oeuvre magistrale qui lui fit decouvrir pas a pas, dans les temoignages des survivantes de l’extermination nazie, le travail du maintien de soi en situation d’epreuve extreme. Dans ce domaine, comme dans l’analyse des effets du sida sur la construction de l’identite homosexuelle (Les Homosexuels et le Sida, Metailie, 1988), on trouvera ici a la fois des commentaires et des essais d’actualisation…
Le livre dirige par Liora Israel et Daniele Voldman marque donc une etape dans la reconnaissance de Pollak comme un classique de la sociologie. Dans leur introduction, les auteurs presentent le travail de Pollak comme une “sociologie des possibles”…
Ce qui est certain, c’est que les allers-retours que Pollak opera non seulement entre les disciplines et les objets scientifiques, mais aussi entre sociologie de terrain et reflexion theorique, ou entre militantisme et recherche, disent beaucoup des evolutions des sciences sociales depuis les annees 1970.