Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Mitsuba

Auteur : Aki Shimazaki

Date de saisie : 05/01/2007

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Actes Sud, Arles, France | LEMEAC, Montreal, Canada

Prix : 14.80 / 97.08 F

GENCOD : 9782742764846

Sorti le : 05/01/2007

Acheter Mitsuba chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le journal sonore des livres : Lu par Julien Dailliere- 29/01/2007

Telecharger le MP3

Julien Dailliere – 29/01/2007

  • Les presentations des editeurs : 18/01/2007

LE POINT DE VUE DES EDITEURS

Quand la compagnie d’import-export Goshima de Tokyo se propose d’affecter Takashi Aoki a sa succursale de Paris, ce jeune employe prometteur se trouve a un point tournant de sa vie puisqu’il vient de rencontrer enfin la femme avec qui il souhaite fonder une famille, Yuko Tanase. Mais il sait aussi que les lois silencieuses et impitoyables de sa societe, a l’intransigeance imperiale, peuvent ecraser d’un doigt les relations humaines des etres qui ne font pas partie des puissants. Qu’adviendra-t-il alors de la promesse des amoureux, faite au cafe Mitsuba ?

Nee au Japon, Aki Shimazaki vit a Montreal depuis 1991 Avec Hotaru, (prix du Gouverneur general 2005), elle a termine son premier cycle romanesque, “Le poids des secrets”, amorce avec Tsubaki (Babel, n 712) traduit en anglais, en japonais, en serbe, en allemand et en hongrois.

  • Les courts extraits de livres : 18/01/2007

Nous nous quittons devant le restaurant, car Nobu doit acheter un journal. Il est deux heures moins dix. Je me depeche, la reunion de mon service commencera bientot.
En marchant, je songe au message que j’ai laisse a Yuko tout a l’heure. Je souhaite vraiment qu’elle accepte mon invitation afin que je puisse lui declarer mes sentiments. Maintenant, je suis reconnaissant a Nobu, qui m’encourage a epouser Yuko. Je ne lui ai pas parle de notre rencontre au cafe, mais si tout va bien demain soir, je le mettrai au courant bientot.
J’ouvre la porte d’entree. A la reception, Yuko est occupee au telephone. Sa collegue, l’autre receptionniste, bavarde avec deux jeunes hommes. En m’approchant, j’entends un accent de Kansai. Ca doit etre celui du stagiaire d’Osaka, dont Nobu m’a parle tout a l’heure. Yuko raccroche et me salue poliment :
– Bonjour, monsieur Aoki.
Un moment, les hommes me regardent et s’inclinent legerement. La collegue de Yuko leur dit de prendre l’ascenseur pour se rendre au troisieme etage, ou se trouve le bureau du personnel. Yuko me demande, le regard tendre :
– La mission a Singapour s’est-elle bien passee ?
– Oui, tres bien.
Elle se leve de sa chaise et dit discretement :
– Un message pour vous, monsieur Aoki.
D’un air significatif, elle me tend un papier sur lequel est ecrit :
D’accord. Demain soir, on se verra au cafe Mitsuba a sept heures.
Je jubile. Elle a accepte ! J’essaie de garder mon calme :
– Merci, mademoiselle Tanase !
Je mets le papier dans la poche de ma chemise et je me dirige vers les ascenseurs. Les deux hommes me suivent. J’entends l’un d’eux chuchoter derriere moi :
– Elle est belle, non ?