Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Mon coeur s’appelle Amazonie

Auteur : Anne-Sophie Tiberghien

En rupture avec notre monde, à la recherche d’une raison de vivre, Anne-Sophie Tiberghien, avec sa fille Samantha, atterrit à Puerto-Ayacucho, capitale d’Amazonie vénézuélienne, après huit années d’aventures à parcourir les continents. Désireuse d’approcher des tribus indiennes authentiques et difficilement accessibles, elles parviennent à remonter de pirogue en pirogue le fleuve Orénoque et à pénétrer sur leur immense territoire protégé au coeur de la jungle. A force de patience et d’oubli de soi, elles finissent par être acceptées et reconnues par une tribu yanomami.

Elles partagent la vie rude et téméraire de ce peuple fier, apprennent à survivre en milieu hostile et participent à la quête de gibier et de nourriture fraîche. Mais lors d’une migration rituelle des Yanomami, leur destin bascule.

Un matin, avec le chef de la tribu et ses épouses, Anne-Sophie tombe dans une embuscade tendue par des guerriers ennemis. Elle reçoit, dans le dos, une flèche empoisonnée au curare. Elle est laissée pour morte. Même sa fille le croit. Chez les Yanomami, la coutume veut qu’après avoir brûlé le corps du défunt, ses cendres soient mélangées dans une soupe de bananes chaudes, afin d’être consommées. Ils disent à Samantha : « Tu mangeras les cendres de ta mère ». Sauvée par les chamans, Anne- Sophie gardera pour les Yanomami une véritable fascination.