Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Mort et vie d’Edith Stein

Auteur : Yann Moix

Date de saisie : 08/01/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 14.90 / 97.74 F

ISBN : 978-2-246-73261-7

GENCOD : 9782246732617

Sorti le : 08/01/2008

Acheter Mort et vie d’Edith Stein chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 28/12/2007

Ce livre raconte l’histoire d’une femme (1891-1942) qu’on a tour a tour nommee Edith dans sa famille, Fraulein Edith Stein au lycee, Doktor Edith Stein a l’universite, soeur Therese au Carmel, matricule 44 074 a Auschwitz, et sainte Therese Benedicte de la Croix au ciel.

Yann Moix est romancier (Pantheon, Partouz, Anissa Corto, Jubilations vers le ciel…) et cineaste (Podium, et bientot Cine-man).

  • La revue de presse Sebastien Lapaque – Le Figaro du 14 fevrier 2008

Il y a dans ce livre a la fois grec, juif et chretien ou rode l’ombre choisie de Charles Peguy, de fortes intuitions et de jolis moments d’improvisation poetique. C’est une melopee, un psaume, une rhapsodie en prose toute herissee de ces fusees dont raffolait Charles Baudelaire…
Il y a de l’urgence dans le style de Yann Moix, partant de la verite dans ses pages. Certaines sont litteralement hantees…
Ainsi Yann Moix rappelle-t-il l’energie, le courage et la lumiere qu’il y avait chez sainte Therese Benedicte de la Croix, fille d’Israel martyrisee par les nazis.

  • La revue de presse Albert Sebag – Le Point du 7 fevrier 2008

Dans cette Bourse folle qui celebre des auteurs qui ne sont pas souvent-loin de la-les meilleurs ecrivains, Yann Moix a rarement ete epargne. Que reproche-t-on desormais a ce garcon ? D’avoir l’audace, le toupet, l’insolence de s’atteler a la vie d’Edith Stein apres avoir sanctifie Claude Francois. En somme, une fois encore, la societe du spectacle demande des comptes : comment un homme de lettres qui a convoque 4 millions de Francais au cinema avec Podium peut-il etre assez credible pour narrer l’existence d’une juive allemande, eleve de Husserl, qui, a l’instar de Jean-Marie Lustiger, se convertit au catholicisme, est deportee et gazee a Auschwitz ? C’est qu’on oublie qu’en 1996-douze ans deja-un jeune ecrivain venait de naitre et mettait son coeur a nu dans un des meilleurs romans francais de la fin du siecle dernier. Dans Jubilations vers le ciel, Moix demontrait alors que la plupart des oeuvres majeures s’ecrivent avec le sang. Dans une langue tout en fulgurances, il prouvait aussi que Les cimetieres sont des champs de fleurs. On salua ensuite le sombre et desespere Anissa Corto, dont Mort et vie d’Edith Stein est une maniere de suite.

  • La revue de presse Gilles Martin-Chauffier – Paris-Match du 24 janvier 2008

Evidemment Yann Moix a des idees, des idees et encore des idees… A vous en donner le vertige. Mais, grace a lui, pendant quelques heures, l’indifference coutumiere des Francais aux affaires de theologie peut se dissoudre comme le sucre dans le cafe. Dans son dernier livre, en effet, il a decouvert trois choses. D’abord, un gadget : l’emploi des deux points a tort et a travers. Ensuite, une petite heresie : la suppression des negations comme dans un discours de Bernard Tapie. Enfin, et la il atteint au genie, il a trouve le sens de la vie d’Edith Stein, cette philosophe juive et allemande devenue une sainte chretienne…
Il parait qu’Edith Stein avait lu en une nuit les Memoires de sainte Therese d’Avila. Cela semble impossible. Mais je vous garantis que vous pouvez lire en trois heures le breviaire de Moix. Vous en sortirez submerge de reflexions subtiles ou iconoclastes. Et, surtout, d’emotions.

  • La revue de presse Fabienne Pascaud – Telerama du 16 janvier 2008

S’attaquant a la philosophe allemande Edith Stein (1891-1942), juive convertie au catholicisme, morte a Auschwitz et canonisee par Jean-Paul II en 1997, il s’affrontait a forte tache : decrire, de l’interieur meme de l’ame, le cheminement vers le christianisme d’une intellectuelle autant marquee par la phenomenologie de Husserl – dont elle fut l’assistante – que par sa culture juive. Et il y parvient.

  • La revue de presseFrancois Busnel – L’Express du 10 janvier 2008

Si vous attendez d’un livre qu’il derange, qu’il agace, qu’il surprenne, celui que Yann Moix consacre a Edith Stein est fait pour vous. Edith Stein etait une philosophe. Pour Jean-Paul II, qui la canonisa, et pour Yann Moix, qui l’encense aujourd’hui, c’est une sainte…
Depression, philosophie, foi, saintete… Edith Stein vecut dans l’exces. Il fallait donc un livre excessif pour lui rendre hommage. C’est chose faite. Oui, Yann Moix est un ecrivain qui exagere. A tout prendre, cela vaut mieux que les mievreries embaumant les vies de ces cometes qui prefererent bruler plutot que durer.

  • Les courts extraits de livres : 28/12/2007

Ca m’est bien egal, ceux qui disent qu’il existe ou non – car l’eglise du village etait douce et grise.
Francis Jammes

Amour. Vous croyez que je m’en moque. Je suis vivant. Il ne s’agit plus d’aimer reussir a. Mais de reussir a aimer. La multitude n’est pas de cet avis ? Peut-etre.
Pourtant l’Autre existe. Je suis colereux, travailleur, jaloux, ambitieux, sensuel : j’aime aimer. C’est toute une aventure : non prevue. A l’heure ou nous sommes, Amour est encore possible.
Jusqu’aux larmes, parce qu’on peut etre comble de tristesse. Des millions d’yeux devoilent des millions de visages. L’homme preoccupe des devoirs de la vie sociale pardonne pas aux autres hommes de mettre quelque chose au-dessus : Amour.
Neuf heures du soir. (Il y a, au-dessus de mon bureau, une photo d’Edith Stein.) Je suis un peu fou, mais si attachant !
Surtout qu’on ne pense pas que je prete ma voix, par surprise, a une speculation litteraire. Le temps passe, toutes les durees entassees, m’obligent a reconnaitre ceci : parler d’Amour est mon unique passion. Et la seule chose chez moi qui ne soit pas a vendre.

Ma paix n’est pas la votre.