Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Mouvement Iberique de Liberation, memoires de rebelles

Auteur : Jean-Claude Duhourcq | Antoine Madrigal

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Sociologie, Societe

Editeur : Centre de recherche sur l’alternative sociale, Toulouse, France

Prix : 22.00 €

GENCOD : 9782950919212

  • Le courrier des auteurs : 23/05/2007

Lie a l’emergence d’un mouvement ouvrier radical a Barcelone et a la contestation qui a secoue le monde a la fin des annees 1960, le MIL, 1000 en espagnol ou Movimiento Iberico de Liberacion, fit parler de lui dans une Espagne ou le simple fait d’ecrire un tract pouvait vous envoyer en prison pour des annees. Mais il fut surtout connu a la suite des arrestations de septembre 1973 et l’execution de l’un de ses membres, Salvador Puig Antich, le 2 mars 1974, qui est souvent presente comme un martyr de la lutte contre Franco. Mais la realite est bien plus complexe, faisant voler en eclat ce cliche consensuel et reducteur du groupe antifranquiste.

Mouvement Iberique de Liberation, memoires de rebelles, compose des temoignages des differents protagonistes, s’est interesse davantage au vecu des membres du MIL et a leur demarche qu’a l’aspect purement politique parce que l’histoire meme du MIL avec ce desir farouche de se construire en hommes libres, est bien plus eloquente que la plupart des analyses critiques faites sur lui.

Au dela des hold-up qui financaient les activites et des publications, c’est aussi une aventure humaine ou l’amitie va au dela du politique. En meme temps que les acteurs forgent le MIL, ils apprennent a vivre en rupture avec le mode de vie dominant. C’est l’apprentissage du combat politique et de la clandestinite avec son lot de certitudes, de questions, avec ses moments de joie et ses dangers.

Antoine Madrigal

  • Les presentations des editeurs : 05/06/2007

Pour qui s’interesse aux mouvements contestataires, le MIL (1000 en espagnol ou Movimiento Iberico de Liberacion) est une piece de la mozaique mais il fut surtout connu a la suite des arrestations de septembre 1973 et l’execution de l’un de ses membres, Salvador Puig Antich, le 2 mars 1974. La campagne de solidarite a marque un tournant dans l’effervescence en France au milieu des annees 1970. A travers l’histoire du MIL, c’est aussi celle d’une epoque, d’une generation, ou du moins celle d’une frange de la jeunesse.

Le livre, compose des temoignages des differents protagonistes, s’interesse davantage au vecu des membres du MIL et a leur demarche qu’a l’aspect purement politique parce que l’histoire meme du MIL est bien plus eloquente que la plupart des analyses critiques faites sur lui. Non seulement de faire voler en eclat le cliche reducteur et consensuel du groupe antifranquiste, elle tord le cou a de nombreuses idees recues a son sujet, les membres du MIL ne se sont pas battus au nom d’une vengeance ideologique ou pour appliquer la theorie du proletariat et attendre que ce dernier se mette en marche, mais parce qu’ils voulaient vivre.

Au dela des hold-up qui financaient les activites et des publications, c’est aussi une aventure humaine ou l’amitie va au dela du politique. En meme temps que les acteurs forgent le MIL, ils apprennent a vivre en rupture avec le mode de vie dominant. C’est l’apprentissage du combat politique et de la clandestinite avec son lot de certitudes, de questions, avec ses moments de joie et ses dangers.

Le livre est en vente en librairies ou par correspondance en ecrivant directement au CRAS

  • Les courts extraits de livres : 05/06/2007

Extrait de l’avant-propos :

Au depart, en 1995 nous voulions publier El MIL y Puig Antich d’Antonio Tellez Sola, edite en Espagne par Virus pour le vingtieme anniversaire de l’execution de Salvador Puig Antich. La raison etait toute simple : tres peu de documents consacres au Movimiento Iberico de Liberacion etaient sortis de ce cote des Pyrenees, si ce n’est quelques articles dans la presse militante et 1000 – Histoire desordonnee du MIL de Cortade qui a sorti de l’oubli cette histoire et publie des textes importants. Ce livre, reedite en 2005, est le travail le plus abouti sur le sujet mais il partage essentiellement la vision d’un membre de l’ex-MIL. Le livre d’Antonio amenait un autre regard et il etait l’occasion de (re)parler de l’action de ce groupe qui se traduisait par une volonte d’amener un soutien concret aux luttes ouvrieres et de publier des analyses sur ces dernieres et des textes oublies de la gauche communiste europeenne en rupture avec le marxisme leninisme et le stalinisme… dans un pays ou le simple fait d’ecrire un tract ou d’assister a une reunion pouvait vous conduire en prison pour un bout de temps.
Une fois les traductions faites, nous sommes alles voir Antonio pour discuter des rectifications necessaires mais il ne souhaitait pas retravailler le contenu de son livre… Ainsi l’idee de tout reprendre a zero a germe. Lasses de raler ou de hausser simplement les epaules en voyant des erreurs, des approximations et parfois des falsifications au fil des autres lectures, nous voulions apporter notre contribution. Cette envie de continuer est aussi mue par une vieille implication dans la solidarite aux emprisonnes de l’ex-MIL au cours de l’annee 1974, par le suicide d’un ami, Cricri, qui a ete membre du MIL. Et par une affection toute particuliere qu’ont les fils de refugies espagnols et d’autres pour l’Espagne, pour cette Espagne qui osa vivre ses reves en noir et rouge.
L’histoire du MIL fait voler en eclats ce cliche de groupe antifranquiste, cliche consensuel et reducteur qui lui colle au cul depuis les arrestations de septembre 1973 et surtout depuis l’execution de Salvador Puig Antich, le 2 mars 1974. Malgre les efforts de certains groupes pour briser le silence et dire la verite lors de la campagne de solidarite, il sera souvent presente comme un martyr de la lutte contre la dictature ou comme un revolte qui paye de sa vie ses idees romantiques de revolution.