Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

No man’s land

Auteur : John Buchan

Rendu célèbre par le film d’Alfred Hitchcock tiré de son livre, Les Trente-Neuf Marches, le romancier écossais John Buchan, Baron Tweedsmuir (1875-1940), influença des auteurs tels que H. P. Lovecraft, C. S. Lewis, J. R. R. Tolkien et G. Greene. Ce grand diplomate est surtout l’auteur de romans d’aventures, d’espionnage, fantastiques et historiques. Cet amoureux des légendes celtiques nous a aussi légué des nouvelles qui développent une vision magique de l’univers, et qui montrent à la fois sa fascination pour les îles mythiques du bout du monde (” The Far Islands “) (1899) et le thème du réveil des divinités anciennes. Face au ” Petit Peuple ” de la légende, le héros est confronté à un monde ancien de mystère et de barbarie, ” No-Man’s Land ” évoque la survie, sous la terre écossaise, des mystérieux Pictes, ces indigènes au corps tatoué qui furent jadis refoulés à l’intérieur des montagnes par les Scots, ancêtres des Ecossais. Cette quête dans les ténèbres de la terre est aussi une plongée dans les abysses de l’histoire et une descente moderne aux enfers. Il n’est guère surprenant de trouver ce genre de thème chez l’écrivain écossais fasciné par le passé archaïque qui peut resurgir en des temps rationnels. La peur de la barbarie, de la ” décivilisation “, comme l’appelle Buchan, correspond à celle du retour aux dieux païens.