Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Noir

Auteur : Robert Coover

Traducteur : Bernard Hoepffner

Date de saisie : 07/05/2008

Genre : Policiers

Editeur : Seuil, Paris, France

Collection : Fiction et Cie

Prix : 18.00 / 118.07 F

ISBN : 978-2-02-096653-5

GENCOD : 9782020966535

Sorti le : 07/05/2008

Acheter Noir chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 24/05/2008

Phil M. Noir, detective prive, est le rejeton le plus desaxe de New London. Trench-coat defraichi, menton mal rase et clope au bec, il ecume les ruelles les plus glauques de la ville pour elucider les affaires troubles de ses clients, telle celle de cette veuve en voilette noire et toute en jambes dont le mari s’est fait tuer dans un reglement de comptes. De bar en bar et d’informateur en informateur, il glane des tuyaux pour coincer le meurtrier. Lorsque la veuve se fait refroidir et que le corps est derobe a la morgue, Noir refuse de lacher l’affaire, malgre les exhortations de sa tres efficace assistante, Blanche, et tous les passages a tabac que truands et policiers lui font subir. Coover utilise tous les poncifs du genre pour mieux les renverser. Car le polar a sa facon n’a rien d’une ligne droite conduisant a l’identite de l’assassin. C’est un recit qui tangue, qui titube comme Noir a la sortie du Loui’s, une boite interlope… Un roman subtilement decale, ebouriffant et souvent tres drole, a l’atmosphere enivrante.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Bernard Hoepffner

  • La revue de presse Nathalie Crom – Telerama du 9 juillet 2008

Noir est donc… un roman noir, et meme, de cette forme romanesque, une sorte d’archetype…
Noir pourrait des lors s’offrir a lire comme une parodie pure et simple, mais c’est mal connaitre Robert Coover (ne en 1932) de s’en tenir a cette interpretation hative. Maitre de la metafiction americaine, a l’egal de ses contemporains William Gaddis ou William Gass, Robert Coover, depuis plus de quarante ans, ne cesse de s’interroger, de livre en livre, sur les mythes qui fondent la psyche et l’imaginaire americains – voire occidentaux -, sur le pouvoir de ces recits et de ces images, sur le langage qui les construit et les vehicule.