Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Noirs etangs de Cergy

Auteur : Jean-Louis Serrano

Date de saisie : 04/12/2008

Genre : Policiers

Editeur : Valhermeil, Saint-Ouen-l’Aumone, France

Collection : Qui ?

Prix : 10.00 €

ISBN : 978-2-35467-029-0

GENCOD : 9782354670290

Sorti le : 04/12/2008

  • Les presentations des editeurs : 12/12/2008

Un etrange manoir, un etang tranquille, d’inquietants residents et… une disparue. Autant d’elements qui ont de quoi intriguer Philippe, le flic incapable de se defaire des soupcons qui l’assaillent a chaque fois qu’il penetre le domaine.
En v placant un adolescent en perdition, Corentin, l’educateur et son ami Philippe n’imaginaient pas mettre a jour de si intimes secrets.
Le deuxieme roman policier de l’auteur nous place au-dessus des etangs de Cergy. L’inspecteur Philippe se fait-il des idees ? C’est en fouillant les ames et le passe des protagonistes qu’il arrive a debrouiller l’affaire.

Jean-Louis Serrano, est ne en 1946, il vit pres de Cergy. Il a deja publie des romans ou il explore les themes du secret, de la violence et de la fragilite humaines. Ses ouvrages ont recueilli des prix decernes par les lecteurs.
Pour les Editions du Valhermeil, il a ecrit Immigres en Val-d’Oise, et un polar de la collection Qui ?, L’Homme nu et les limons de l’Oise.

  • Les courts extraits de livres : 12/12/2008

Dans la grande salle au rez-de-chaussee de la maison, une femme telephone. Elle dit : Oui, oui, je viendrai, ne t’inquiete pas. Je leur parlerai. Ils ne s’opposeront pas, ils ont l’habitude.
Elle est grande, mince, brune au regard un peu sauvage. Ce regard de chat des bois. Elle telephone et ses yeux bougent sans cesse, ils courent d’un coin a l’autre de la piece, comme si un fantome allait jaillir. Sa main triture l’angle du napperon de la commode. Sur le meuble, deux photos : la sienne et celle d’un enfant de six a sept ans. Deux portraits. Photos anciennes, realisees par un professionnel tel qu’il n’en existe plus. Noir et blanc, des poses avec l’epaule gauche legerement en avant, une tache de lumiere sur le front, pour donner de la profondeur au regard. Meme eclairage pour la mere et l’enfant, ces portraits ont ete pris le meme jour sans doute.
– Mais je te dis que je viendrai. Tu ne me crois Pas ? Non, je ne leur en ai pas encore parle mais il n’y a pas de probleme, je fais ce que je veux, c’est tout… Moi aussi, j’ai envie de te voir… Oui, moi aussi, j’ai tres envie, je suis impatiente.
Elle se recroqueville un peu sur le telephone, comme si elle voulait garder la voix de l’autre dans le creux de son cou, dans sa chaleur. Elle rit nerveusement, un petit rire secret, un rire de confidence.