Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Nouvelle revue de psychosociologie, n 3. Les pratiques sociales au regard de l’ethique

Auteur : Eugene Enriquez | Andre Levy

Date de saisie : 25/05/2007

Genre : Philosophie

Editeur : Eres, Ramonville-Saint-Agne, Haute-Garonne

Prix : 25.00 / 163.99 F

ISBN : 2-7492-0744-4

GENCOD : 9782749207445

Sorti le : 16/05/2007

  • Les courtes lectures : Lu par Xavier Brossard – 08/06/2007

Telecharger le MP3

Xavier Brossard – 08/06/2007

  • Les presentations des editeurs : 26/05/2007

Dans un tel monde, marque par l’incertitude et la perte de sens, ou toute decision, au niveau personnel ou collectif, souleve des contradictions insolubles qu’aucune reference indiscutable ne permet d’eclairer, le seul recours parait etre celui d’une ethique qui serait la source du sens et du droit, susceptible de donner des points de reperes stables, universaux. Ainsi l’interrogation sur l’ethique concerne tout particulierement les pratiques cliniques. Non seulement parce que ces dernieres, axees sur le bien et l’aide supposent necessairement une ethique leur donnant sens et limites, mais aussi et surtout parce qu’elles sont confrontees, dans leur action meme, a des choix et des problemes qui debordent le cadre des savoirs qui les fondent. De quelle facon se presentent-ils ? Dans quels contextes ? Comment sont-ils abordes et traites ? Selon quelles exigences ? A travers quelles difficultes ? Telles sont certaines des questions auxquelles des praticiens sont invites a repondre a partir de leurs experiences d’intervention ou de recherche, dans les entreprises, aupres de groupes aux prises avec des conflits ethniques, communautaires ou sociaux, dans des institutions de sante, dans le milieu educatif, dans le travail social…

TABLE DES MATIERES

Editorial
Eugene Enriquez, Andre Levy

Les pratiques sociales au regard de l’ethique

Questions d’ethique
Andre Levy

Voies et impasse de la societe occidentale
Eugene Enriquez

Tornades et tourbillons des rivieres de la vie
Dan Bar-On

Les defis de la proximite dans le champ professionnel
Pierre Roche

L’ethique du psychanalyste
Paul Denis

Pour un comite d’ethique,
l’avis et son ecriture ne peuvent etre qu’incitation au debat
Patrice Dunaigre

Le psychosociologue et ses valeurs face a la decision
Jacques Bineau

Intervenir aupres des salaries licencies pendant un plan social
Stephanie Palazzi

Enoncer l’ethiqueou la puissance du performatif
Marie-Louise Pellegrin-Rescia

Enseigner l’ethique comme expertise ou former les personnes au jugement ethique de l’action ?
Question didactique
Isabelle Ullern-Weite

Etudes

La supervision de coaches
Florence Oualid

Une intervention psychosociologique dans le contexte de la Martinique : le role clef du dispositif
Nicolas Lamic

De l’insertion des personnes handicapees sur le marche du travail
Jacqueline de Oliveira Moreira
Roberta Carvalho Romagnoli
Jose Newton Garcia de Araujo

Inceste et pedophilie, quelle jouissance, quel interdit ?
Jacqueline Barus-Michel

Comptes rendus d’ouvrages

La proximite a l’epreuve de l’economie de la debrouille
de Pierre Roche
par Dominique Lhuilier

The Social as Metaphor and the Case of Cooperatives
de Marie-Louise Pellegrin-Rescia et Yair Levi
par Andre Levy

L’injustice sociale. L’action publique en questions
de Veronique Guienne
par Eugene Enriquez

Analyse d’un recit de vie. L’histoire d’Annabelle
de Jean-Claude Filloux
par Simone Baillauques

Ont participe a ce numero : GILLES AMADO – SIMONE BAILLAUQUES – DAN BAR-ON – JACQUELINE BARUS-MICHEL – JACQUES BINEAU – ROBERTA CARVALHO ROMAGNOLI – JACQUELINE DE OLIVEIRA MOREIRA – PAUL DENIS – PATRICE DUNAIGRE – EUGENE ENRIQUEZ – NICOLAS LAMIC – ANDRE LEVY – YAIR LEVY – DOMINIQUE LHUILIER – JOSE NEWTON GARCIA – FLORENCE OUALID – STEPHANIE PALAZZI – MARIE-LOUISE PELLEGRIN-RESCIA – PIERRE ROCHE – ISABELLE ULLERN-WEITE –

  • Les courts extraits de livres : 26/05/2007

Tornades et tourbillons des rivieres de la vie
Dan Bar-On

Face aux critiques

Dans mon parcours a l’universite et comme chercheur, j’ai eu le plus souvent recours au recit de vie, comme moyen de faciliter le dialogue entre des parties en conflit : Allemands et Juifs, Israeliens et Palestiniens, et Juifs israeliens et Palestiniens israeliens. En conduisant des interviews et en les analysant, l’ecoute que je pretais a leurs recits a permis a nombre d’entre mes partenaires interviewes d’elaborer une voix propre, et pour moi cela a ete en soi un motif de satisfaction, s’ajoutant a tout ce que j’ai appris en les ecoutant. Le pas qui logiquement devait suivre etait d’essayer de conduire au dialogue les voix emergeant des deux cotes de l’abime. Il a fallu beaucoup d’annees pour y parvenir dans le contexte allemand-juif par rapport a la Shoah, et il est encore plus difficile de le realiser dans les conflits en cours. L’art de faciliter un dialogue entre adversaires endurcis est un aspect de mon travail qui est precieux a mes yeux, comme le fait de devoiler les couches toujours plus profondes de signification au cours d’une interview, particulierement lorsqu’il s’agit de decrire de simples evenements quotidiens. Cela continue a etre pour moi un challenge, quel que soit le nombre de fois ou j’en ai fait l’experience.
Il m’etait parfois insupportable de porter, seul, la souffrance vecue par mes interviewes. Cela est plus facile quand on sait que les recits s’amelioreront avec le temps, comme cela a ete le cas avec les Juifs que j’ai interviewes apres l’holocauste, et avec certains de mes interviewes allemands descendants de criminels nazis. Il est beaucoup plus difficile d’ecouter des recits qui n’aboutissent pas a une fin heureuse ; ayant eu conscience des occasions manquees lors d’interviews menees a Haifa, je comprends pourquoi certains sont incapables d’ecouter ces recits. Personne n’ayant publiquement reconnu le niveau de souffrance vecu par ces personnes, ceux qui ecoutent de tels recits ne trouvent aucune consolation.
Telle pourrait etre, dans les groupes de dialogue, une cle a la question : qu’est-ce qu’une histoire suffisamment bonne ?