Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Nutrition : mensonges et propagande

Auteur : Michael Pollan

Traducteur : Catherine Sobecki

Date de saisie : 13/11/2008

Genre : Guides et conseils pratiques

Editeur : T. Souccar

Collection : Mensonges et propagande

Prix : 20.90 / 137.10 F

ISBN : 978-2-916878-26-3

GENCOD : 9782916878263

Sorti le : 13/11/2008

Acheter Nutrition : mensonges et propagande chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le courrier des auteurs : 25/11/2008

Manger est (ou faut-il dire devrait etre) un plaisir. Ce serait oublier un peu vite les interets moralisateurs des gourous de la nutrition et ceux, bassement materiels, du Complexe industriel nutritionnel. Consequences : l’obligation de manger scientifiquement des produits transformes, raffines et enrichis, ou alleges, en ceci ou en cela ; une population en mauvaise sante et obnubilee par la hantise du manger sainement ; une surnutrition et son cortege de maladies de civilisation ; une profusion de calories vides, de matieres grasses nocives… ; l’utilisation massive de produits chimiques et l’appauvrissement de la biodiversite alimentaire. Ce pamphlet a une valeur universelle, car nous, consommateurs, disposons de choix veritables permettant de faire que l’acte de manger redevienne un acte agricole benefique pour notre sante et celle de l’environnement. Michael Pollan, qui appelle a voter avec sa fourchette, nous delivre un message d’espoir : il n’est pas trop tard !

Catherine Sobecki
Traductrice d’edition
membre de l’ATLF, de la SGDL et de la Sofia

  • Les presentations des editeurs : 25/11/2008

Pourquoi ne voit-on desormais dans le lait que du calcium, dans la sardine que des omega-3 et dans la myrtille que des antioxydants ? C’est parce que nous sommes entres dans l’ere du nutritionnisme, une ideologie dont Michael Pollan demonte ici un a un les fondements fallacieux : La fonction de l’alimentation se cantonne a la sante ou Nous avons besoin de nutritionnistes pour nous dire ce qu’il faut manger ou encore Un aliment equivaut a la somme de ses constituants. Le nutritionnisme, au lieu de nous eclairer, seme la confusion dans les esprits. Cette confusion sert les interets des experts eux-memes mais aussi ceux de l’industrie agroalimentaire, toujours prompte a inonder le marche de nouveaux produits marketes sante.

Pourtant, depuis que la tradition a cede la place a la science et au marketing, nous ne sommes pas en meilleure sante. L’analyse de Pollan est decapante. La frequence du diabete, des maladies cardiovasculaires et des cancers explose a tel point qu’aujourd’hui, la vocation premiere de la medecine est de conserver en vie ceux qui tombent malades a cause de l’alimentation industrielle.

L’excellente nouvelle c’est que les ravages du nutritionnisme et de l’industrie agroalimentaire sont reversibles. Il est possible de manger a nouveau de vrais aliments, en consommant intelligemment.
Brillant et plein d’humour, ce livre qui a figure plusieurs mois sur la liste des best-sellers aux Etats-Unis, nous invite a (re)decouvrir avec bonheur que les meilleurs choix pour notre sante sont aussi les meilleurs pour la planete.

  • Les courts extraits de livres : 18/12/2008

Extrait de l’introduction :

UN MANIFESTE DU BIEN-MANGER

MANGEZ DE LA VRAIE NOURRITURE. JUSTE CE QU’IL FAUT.
Surtout des vegetaux. Telle est, en quelques mots, la reponse a la question, soi-disant complexe et deroutante : que devrions-nous manger, nous les humains, pour etre en bonne sante ?
Je n’aime pas donner, d’entree de jeu, la reponse dans un livre consacre entierement a une question et la tentation est forte de compliquer les choses afin de faire durer le plaisir pendant encore deux bonnes centaines de pages. J’essayerai de resister, mais je vais quand meme poursuivre dans cette direction et ajouter des details supplementaires afin d’etoffer cette reponse. Pour prendre un exemple, manger un peu de viande ne vous tuera pas, mais il vaut mieux que cela reste un accompagnement plutot qu’un plat principal. En outre, vous avez interet a consommer des aliments frais plutot que des produits transformes. C’est ce que je veux dire lorsque je conseille de manger de la vraie nourriture, un conseil qui n’est pas aussi simple qu’il y parait. Pendant longtemps, le terme nourriture designait tout ce que l’on pouvait manger. Desormais, les supermarches regorgent de milliers de simili produits comestibles. Issus de l’industrie agroalimentaire, ils sont souvent proposes dans un emballage dument pourvu d’allegations prometteuses pour la sante. Ce qui m’amene a formuler un autre conseil qui vous etonnera peut-etre : evitez ces produits supposes avoir un effet benefique sur la sante. Pourquoi ? Parce qu’un soi-disant bienfait pour la sante equivaut probablement a l’indication qu’il ne s’agit pas d’un aliment veritable. Or, ce que vous voulez manger, c’est de la vraie nourriture.
Comme vous le voyez, les choses ont vite fait de se compliquer.
J’ai debute cette quete visant a definir quelques regles simples sur l’alimentation apres avoir publie, en 2006, The Omnivore’s Dilemma (Le Dilemme de l’omnivore). La sante des individus n’etait pas au centre de ce livre, qui s’interessait plutot aux dimensions ecologiques et ethiques de nos choix alimentaires. (Bien que j’aie constate, le plus souvent mais pas toujours, que les meilleurs choix ecologiques et ethiques sont egalement les meilleurs pour notre sante. Une nouvelle rejouissante.) Bien des lecteurs voulaient savoir, apres m’avoir suivi durant plusieurs centaines de pages a travers les differentes chaines alimentaires, ce qu’il fallait en fait manger et ce que moi je consommais depuis que j’avais ete voir sur le terrain des parcs d’engraissement du betail, des usines agroalimentaires, des fermes industrielles bio ainsi que des exploitations agricoles et des ranchs locaux.