Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Olympe de Gouges et les droits de la femme

Auteur : Sophie Mousset

Date de saisie : 17/01/2007

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Pocket, Paris, France

Collection : Agora, n 284

Prix : 6.20 / 40.67 F

GENCOD : 9782266146289

Sorti le : 04/01/2007

Acheter Olympe de Gouges et les droits de la femme chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les courtes lectures : Lu par Claire Lamarre – 16/09/2008

Telecharger le MP3

Claire Lamarre – 27/02/2007

  • Les presentations des editeurs : 16/09/2008

La femme nait libre et demeure egale a l’homme en droits.
Olympe de Gouges (1714-1792), fille naturelle d’un aristocrate et d’une roturiere, est l’auteur de la Declaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791. Toute sa vie elle n’aura de cesse de mener des combats qui ne trouveront leur issue que beaucoup plus tard : pour les droits des orphelins, des enfants naturels, pour le divorce, pour l’education des filles, contre l’esclavage, pour la democratie et, bien sur, pour le droit de vote des femmes, qu’elles n’obtiendront qu’en 1945.
Belle, libre et intelligente, Olympe de Gouges apprend sous la Revolution le maniement des mots, et publie nombre de pieces de theatre et textes revendicatifs qui la conduiront a la prison et a la guillotine en 1792.

Sophie Mousset, ecrivain et photographe, revient ici sur la vie de cette femme extraordinaire.

  • Les courts extraits de livres : 16/09/2008

Montauban

En 1714, Louis XIV regnait encore sur la France.
A Montauban, en Languedoc, nait une petite fille dans la famille Mouisset. Elle est baptisee le 18 fevrier, en l’eglise Saint-Orens. On lui donne le prenom de sa marraine, Anne Olympe de La Pomarede. Elle sera la mere de celle qui deviendra Olympe de Gouges.
Jean-Jacques Lefranc de Caix, age de cinq ans, est son parrain. Il deviendra marquis de Pompignan. Il etait d’une famille prestigieuse, tres celebre a Montauban. La charge de president de la Cour des aides (sorte de Cour des comptes regionale) revenait traditionnellement a l’aine de la famille. Le pere d’Anne Olympe, Jacques Mouisset, etait un riche bourgeois, drapier de profession. Il etait avocat a la Bourse de Montauban, ce qui correspond a nos actuels tribunaux de commerce. La famille Mouisset etait liee a celle des Lefranc de Pompignan depuis plusieurs generations. Jacques Mouisset fut le precepteur de leur fils aine. Sa femme, Anne, fut la nourrice du fils cadet qui devint eveque de Vienne, puis depute et ministre en 1789.
Lorsque Anne Olympe grandit, son parrain developpe un si tendre sentiment a son egard, que sa famille juge bon de l’eloigner. Jean-Jacques Lefranc de Pompignan est appele a Paris en 1734. Il ecrit de nombreux poemes et pieces de theatre, dont la plus celebre est Didon. Peu apres son arrivee a Paris, cette piece parait a l’affiche du Theatre-Francais, puis l’annee suivante, Les Adieux de Mars a celle des Italiens. Jean-Jacques devient seigneur de Pompignan et avocat general. Il continue a ecrire, malgre les nombreux sarcasmes de Voltaire a son egard : livrets d’operas, essais, traductions et surtout des poemes, que l’on trouve encore dans les morceaux choisis de Charles-Marie Desgranges, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
Le 13 decembre 1737, Anne Olympe epouse Pierre Gouze, boucher. Jean-Jacques Lefranc de Pompignan avait tente de rentrer a Montauban mais on l’avait a nouveau exile, a Aurillac, cette fois. Il semble qu’il ait beaucoup souffert de cette separation ; des lettres qu’il echangea avec un ami temoignent de sa douleur. En 1740, Anne Olympe accouche d’un garcon, elle donne ensuite le jour a deux filles.