Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Oreillers de laque. Volume 2, Promis, c’est promis

Auteur : Hinako Sugiura

Traducteur : Patrick Honnore | Ryoko Sekiguchi

Date de saisie : 02/09/2007

Genre : Bandes dessinees

Editeur : P. Picquier, Arles, France

Collection : Picquier manga

Prix : 16.50 / 108.23 F

ISBN : 2-87730-932-0

GENCOD : 9782877309325

Sorti le : 18/10/2007

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Voici un deuxieme volume d’Oreillers de laque. Huit histoires qui mettent en scene les courtisanes et leurs clients des quartiers de plaisirs, mais aussi les samourais et leurs combats sur les champs de bataille. Huit histoires ou l’on retrouve ces themes eternels de l’amour, l’honneur, la nostalgie, la beaute de la force et l’autre beaute, celle de la fragilite. Jamais dupe de l’illusion sur laquelle ces mythes du Japon classique reposent, l’auteur leur garde neanmoins toute leur fascination. Car comment survivre sans illusion ?
Toute l’oeuvre de bande dessinee de Sugiura Hinako (1958-2005) tourne autour de la vie du peuple d’Edo, l’ancienne Tokyo d’avant la restauration de Meiji (1868), dont elle fut une specialiste incontestee des moeurs, traditions et mentalites. Elle fut longtemps conseillere sur les principaux tournages de films sur l’epoque d’Edo. Egalement auteur d’essais et de romans, son catalogue complet compte plus de soixante-quinze titres.

Apres de courtes etudes aux Beaux-Arts, Sugiura Hinako (1958-2005) devient une specialiste incontestee des moeurs, traditions et mentalites d’Edo, l’ancienne Tokyo d’avant la restauration de Meiji (1868). Toute son oeuvre de bande dessinee tourne autour de cette ville qui fut le creuset d’une culture urbaine unique, avec une predilection marquee pour les personnages du quartier de Yoshiwara. Elle a pendant longtemps ete une conseillere recherchee sur les principaux tournages de films d’epoque pour le cinema et la television. Egalement auteur d’essais et de romans sur l’epoque d’Edo, son catalogue complet compte plus de soixante-quinze titres.

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

Extrait de la postface :

Une jeune fille (quel age a-t-elle ? quatorze, quinze ans ?) est amoureuse d’un etudiant qui passe tous les matins avec ses camarades devant la boutique de son pere sur le chemin de son ecole (et lui ? seize, dix-sept ans ?). Le jeune homme ne l’a jamais vue, il ne sait pas qu’il a tape dans l’oeil de la fille de la maison comme un rayon de soleil renvoye par un miroir… Nous sommes a Edo, l’ancienne Tokyo, vers 1860. L’avenir appartiendra bientot a ceux qui parlent anglais et qui comprennent la culture et la mentalite des barbares, comme on appelait les Occidentaux… La jeune fille est en age de se marier, et comme toute jeune fille bien elevee de la classe des commercants aises, ne songe meme pas a contester le choix du parti que lui ont presente ses parents au mieux des interets des deux familles (du reste, nous ne verrons pas ce fiance, l’histoire prenant fin au moment exact ou le cortege de la jeune epousee quitte la maison de ses parents avec sa dot pour sa nouvelle demeure). D’autant plus que l’etudiant est, lui, un bushi, c’est-a-dire de la classe des samourais. Un bushi et une fille de commercant ? Vous n’y pensez pas ! Mais ce qu’elle peut faire pour ne pas demeurer toute sa vie avec ce reve inacheve qui lui gacherait son sommeil et la marquerait de rides prematurees, c’est s’offrir une aventure. Non pas une aventure bourgeoise bien sur, non, un petit evenement qui la liera pour la vie dans l’esprit de son amoureux… Oh, un tout petit evenement de rien du tout, mais tout de meme avec echange de souvenirs comme les vrais amants… Aux ames bien nees, le sens de la beaute fragile de -l’instant qui passe n’attend pas le nombre des annees…