Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Par dessus bord

Auteur : Kenneth Cook

Traducteur : Mireille Vignol

Date de saisie : 01/03/2007

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Autrement, Paris, France

Collection : Litteratures

Prix : 14.00 / 91.83 F

ISBN : 2-7467-0932-5

GENCOD : 9782746709324

Sorti le : 01/03/2007

Acheter Par dessus bord chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le journal sonore des livres : Lu par Francois Attia- 19/03/2007

Telecharger le MP3

Francois Attia – 19/03/2007

  • Les presentations des editeurs : 09/03/2007

“Foster regarda longuement la Santa Maria amarree au quai principal. […] Il la revit telle qu’il l’avait vue la premiere fois, ancree au fond de l’ocean par cette chaine fatale.
– Je jure devant Dieu que j’aurais prefere ne jamais voir ta sale gueule, lui dit-il a voix haute.
Mais il ne le pensait pas vraiment. Il voulait ce bateau avec une passion qui s’apparentait a un desir charnel.”

La Santa Maria n’a pas porte chance aux Italiens : l’un d’eux se noie et quand les “meteques” envisagent de vendre, la nouvelle lait le tour de Bernadine, petit port australien replie sur lui-meme. Pour Jack Foster, l’occasion est belle. La Santa Maria lui permettrait de se lancer dans la grande peche, la plus lucrative, celle du thon. La saison va commencer. Il a toutes les chances d’amortir rapidement le bateau et d’assurer enfin l’avenir de sa famille. Reste a trouver l’argent, a empiler les emprunts a tres breve echeance, puis a tenter le coup. En envoyant la prudence valser par-dessus bord.
Avec ce roman base sur des faits reels, Kenneth Cook realise une nouvelle fois un superbe portrait, celui d’un homme pret a jouer sa vie contre une peche miraculeuse.

Kenneth Cook (1929-1987) est l’un des principaux ecrivains australiens contemporains. Des le debut des annees 1960, ce “maitre dans l’art de raconter une histoire” (The New York Times) a connu le succes grace a Cinq matins de trop, roman revele au public francais par les Editions Autrement.

Traduit de l’anglais (australien) par Mireille Vignol.

  • La revue de presse Martine Laval – Telerama du 4 avril 2007

L’ocean et sa rumeur, l’immensite et sa pesanteur : tout, chez Kenneth Cook, est sournois, tout devient cruel…
Deja, l’an dernier, Cinq Matins de trop (ed. Autrement), premier roman traduit en France, revelait sa puissance d’evocation exceptionnelle. Kenneth Cook parle de gens de rien, de destinees fracassees, avec une folle generosite. Il est un conteur universel.

  • Les courts extraits de livres : 09/03/2007

– Tu sais, Jack, ta proposition n’est pas vraiment adaptee a une banque.
– Pourquoi ? Je pourrais sans doute tout rembourser dans l’annee.
– Je sais, tu le pourrais sans doute, dit le directeur de la banque. Mais ce n’est pas le genre d’initiative que soutient notre institution.
Les phrases vides coulaient avec aisance de son fin visage d’employe de bureau.
– Je pourrais sans doute t’aider un petit peu.
– Combien ?
– Je ne sais pas, nous allons regarder. Si nous reunissons les fonds necessaires a l’acompte, tu pourras sans doute emprunter le reste a une societe de credit. Joe Lang pourrait s’en occuper. Je peux l’appeler si tu veux.
Le banquier composa le numero, Jack attendit.
– Ah, Joe, Charlie a l’appareil. Nous avons un client qui voudrait acheter un bateau. Est-ce que tu serais en mesure de l’aider ? C’est Jack Foster. Il veut acheter le bateau italien, c’est une bonne affaire. Mais si, tu sais, le gars qui s’est noye hier… Eh bien, ils en veulent autour de trois mille cinq cents, il lui faut combien ?
Le directeur prit quelques notes sur un carnet.
– A quel taux ? Et les conditions ? Assurance ? D’accord, Joe. Je vais voir ce que je peux faire de mon cote, puis je te l’envoie.
Le directeur se tourna vers Foster.