Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Passagers du genre ; comprendre la transidentité

Auteur : Bénédicte Radal

“Là encore, un adoucissement un peu forcé. La voix dévoile. Un des premiers pièges, parmi les nombreux dont le chemin de la métamorphose est miné. Tu entres dans un magasin, on te dit « Bonjour, Madame ». Tu repars, c’est « Au revoir, Monsieur » : ta voix t’a trahie.
Ne pas parler trop fort. Cela reviendrait à se dévoiler.

“”Passagers du genre”” comme une respiration, un livre à plusieurs visages qui ouvre la porte et donne le ton à la différence et à l’incompréhension entre les sexes. Sujet de rhétorique, sujet éternel au goût un tantinet passéiste, sujet qui peut sembler redondant, banal, épuisé, surexploité et pourtant… Entre les codes de notre culture et ceux de notre conscience, ne mettons-nous pas encore trop d’interdits à nos genres pour que chacun puisse se sentir vraiment libre ? C’est une question que je me suis souvent posée en tant que femme, une question à laquelle l’auteur, Bénédicte Radal répond simplement. Pas facile de présenter un livre traitant d’un sujet aussi sensible, symbole de souffrances, de dérives, d’extravagances, de folie … dans une société qui a tendance encore à se fermer sur elle-même dès que l’on parle de marginalité, dès que l’on ose la marginalité, si on donne un tant soit peu de sens ou d’importance à ce mot.

Il était père, il devient “”elle””. Marié(e), un enfant.

La transidentité. Que signifie être trans, transgenre dans le corps comme dans l’esprit ? Si du début à la fin du livre, les clichés se mêlent et s’entremêlent, les rapports entre les hommes et les femmes se confondent, les mots et la manière de l’auteur d’amener lentement au véritable fond du sujet, la force des témoignages, la richesse des styles éclairent jusqu’à la révélation lente. De l’émotion à la compréhension. Passagers du genre est un premier ouvrage qui oscille entre le personnel et l’universel, un livre qui met en lumière non seulement le travail d’un écrivain, d’une auteure exigeante, pointue, plus que prometteuse mais l’intérêt que l’on portera certainement encore longtemps envers l’autre… sexe, genre, simplement différent.”