Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Paysages avec figures absentes de Philippe Jaccottet

Auteur : Laure Himy Pieri

Date de saisie : 12/10/2007

Genre : Litterature Etudes et theories

Editeur : Zoe, Carouge, Suisse

Collection : Le cippe

Prix : 8.00 / 52.48 F

ISBN : 978-2-88182-596-5

GENCOD : 9782881825965

Sorti le : 28/09/2007

  • Les presentations des editeurs : 13/10/2007

La violence de l’histoire inquiete; les progres techniques ont aussi conduit a un defaut d’etre; les personnes que nous aimons meurent, et prefigurent notre propre mort. Mais dans ces Paysages avec figures absentes, Jaccottet marche, oublieux de lui-meme, et goute leur beaute, pour retrouver ensuite son emotion de marcheur devant les tableaux des peintres ou dans la poesie de tous les temps. Et finalement, notre personne oubliee, n’est-ce pas la permanence de cette beaute ephemere et la permanence de notre emerveillement qui demeurent ? Un rapport apaise au monde est possible a condition de se detourner du moi singulier. Et la poesie devient parole d’esperance.

Laure Himy-Pieri est maitre de conference en stylistique a l’Universite de Caen Basse-Normandie. Elle est l’auteur de Maurice Blanchot. La solitude habitee, Paris, Bertrand-Lacoste, coll. Reference, 1997.

Grace a l’ACEL (Association pour une collection d’etudes litteraires), la collection Le cippe veut favoriser l’acces au riche patrimoine litteraire francophone. Cette collection permet une confrontation de regards dans un souci interculturel. Destinee a un large public, elle ravive le plaisir de la lecture. (www.lecippe.ch)

  • Les courts extraits de livres : 13/10/2007

A mes parents
A D. et F.

Quelques paradoxes fondateurs

Cette annee-la… le parti fasciste devient le premier parti d’Italie, le general Hindenburg accede a la fonction presidentielle en Allemagne, les accords de Locarno sont signes en Suisse ; cette annee-la encore, Le Cuirasse Potemkine est joue a Moscou, la premiere exposition surrealiste a lieu a Paris, et Philippe Jaccottet voit le jour dans le canton de Vaud, en Suisse. Nous sommes en 1925, le 30 juin.
Tres vite, des la fin de ses etudes, c’est le depart pour la France, a l’occasion d’un travail pour l’editeur suisse Mermod. On a alors le sentiment que le jeune homme est pousse par une certaine ambition – et l’ampleur du champ editorial parisien est effectivement seduisante -; par la volonte d’action qui caracterise la jeunesse ; mais aussi peut-etre par le meme desir d’engagement qui est celui des grandes figures de l’apres-guerre comme Sartre, Camus, Malraux. Ce depart pour Paris ressemble alors un peu a l’allure conquerante d’un jeune homme desireux de se trouver la ou ca se passe, Rastignac de la litterature…
Mais ce schema stereotype s’effondre devant les faits : si Jaccottet sejourne effectivement quelque temps a Paris, s’il accomplit des voyages en Italie, ce n’est pourtant pas la capitale et ses ors que choisit le poete; c’est Grignan, petit bourg de la Drome provencale ou mourut certes Mme de Sevigne, mais apparemment sans rapport avec le programme annonce ! Est-ce a dire qu’avec le temps, son ambition aurait diminue, qu’il aurait au contraire cherche loin de la foule une retraite pour ecrire une poesie telle que certains peuvent la concevoir, ornement compensant la laideur du reel, architecture coupee du monde ?
Toutes les citations ici reunies pour brosser un portrait d’une poetique dont le poete ne se separe pas disent au contraire la volonte constante d’une forme d’engagement. A condition de voir que Jaccottet prend – volontairement ou non, mais le fait est que sa demarche forme un tout fort coherent – le contre-pied systematique d’un certain nombre d’idees dites modernes, et qu’il faut, pour le suivre, reconsiderer un certain nombre de dogmes contemporains. Poete moderne a distance de la modernite ; habitant de Grignan, a proximite distante de son pays natal ; Jaccottet se tient souvent dans cette tension entre participation et eloignement que dit le titre Paysages avec figures absentes.

Paradoxe un : engagement et distance

Pour commencer donc, un paradoxe : de quelle espece d’engagement peut-on se prevaloir en s’installant loin de tout ? Il est evident que l’on ne trouve chez Jaccottet aucun echo direct de l’actualite, ou tres peu ; et qu’il repond a l’engagement d’un Sartre par une forme de retrait, de distance : Or, aujourd’hui, dans ce monde infiniment plus dur et plus menace, peut-on encore etre un tel passant ? Quand s’entrecroisent au-dessus de nos tetes tant d’eclairs fanatiques ? Dans cette citation, on ne trouve aucun commentaire explicite sur l’actualite, on le voit, meme si elle est convoquee par le terme aujourd’hui, et meme si a l’occasion, dans certains textes, affleurent des commentaires plus directs – sur la guerre d’Algerie par exemple -; mais tout de meme on peut nettement lire une forme globale de denonciation sur le monde comme il va, dans les intensifs (infiniment), et dans une allusion a l’actualite politique qui emprunte au fantastique son vocabulaire (eclairs) pour designer le fanatisme et ses ravages. Quand technique et folie s’allient, on peut en effet tout craindre.