Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Petites morts

Auteur : Frédéric Zégierman

La petite mort est ce temps de latence de quelques secondes qui suit l’orgasme durant lequel la pensée se déconnecte du corps…

Voici donc la vie chaotique de Benoît, le narrateur, recousue selon des morceaux de situations rocambolesques et d’événements paroxysmiques qui l’ont traversée.

Il y a d’abord ces crises hallucinatoires très fortes qui l’entraînent dans une autre réalité que celle de ses autres camarades et qui le font se sentir différent. Malgré les peurs et les joies acidulées de l’enfance, le tambourinement intense de l’amour qui se déchaîne à l’adolescence, une lente fissure intérieure poursuit son chemin qui l’entraînera au bord du précipice. Il est trop tard pour fuir une vie familiale qui l’accule face à un adversaire insurmontable qu’est la maladie psychique. Il est trop tard pour déjouer une situation professionnelle catastrophique qui lui a fait préférer la sécurité d’une opportunité à son Idéal et qu’il vomit à longueur de journées.

Il sera trop tard lorsque l’argent tombera du ciel qui lui aurait permit de prendre un nouveau départ. Il sera trop tard lorsque l’amour lui tend à nouveau les bras. Pour s’affranchir de cette souffrance insupportable qui l’accable, il repart en arrière dans le labyrinthe des émotions perdues où se cache sans doute le mystère. Le temps rétrécit pour le ramener, dans un chassé-croisé chronologique, de l’âge adulte au ventre maternel. La boucle semble bouclée. Mais tout repart en arrière. Et revient la lancinante interrogation : la vie n’est-elle pas un mirage ?