Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Porno

Auteur : Irvine Welsh

Traducteur : Laura Derajinski

Date de saisie : 03/01/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Au diable Vauvert, Vauvert, France

Prix : 20.00 / 131.19 F

ISBN : 978-2-84626-151-7

GENCOD : 9782846261517

Sorti le : 03/01/2008

Acheter Porno chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 17/12/2007

J’ai appris a respecter ces drogues, a les utiliser en plus petites quantites. J’avais decide de garder le meme rythme de vie, les sorties, l’eclate totale, mais sous conditions strictes. Et puis au bout d’une mauvaise semaine, j’ai lache l’affaire, je me suis inscrit dans une salle de sport et j’ai commence le karate. Renton
La suite de Trainspotting enfin traduite en Francais !
Qu’a fait Mark Renton de son fric ? Begbie le psychopate a-t-il survecu a la prison ? Sick Boy a-t-il conquis le monde ? Spud est-il toujours Spud ?
Les quatre garcons pas tres dans le vent cherchent leur place dans le huis-clos froid et pluvieux d’Edimbourg, ou les rancoeurs couvent depuis dix ans, ou les echecs sont le quotidien de chacun. Tout bascule lorsque Sick Boy rencontre Nikki, une etudiante incroyablement belle et brillante mais obsedee par la peur de vieillir.
Ensemble, ils decident de produire le film porno du siecle et se mettent en chasse de la dream team…
Humour croustillant et suspens haletant : les personnages de Welsh continuent leur course pour atteindre le wagon de premiere… dans un train de la reussite sociale qui fonce droit dans le mur.

Humour croustillant, suspens haletant, un recit a la premiere personne ou le lecteur s’attache et comprend chaque personnage : Porno est un nouveau chef-d’oeuvre.

Welsh est la meilleure chose qui soit arrive a la litterature britannique depuis des decennies. Sunday Times
Ecossais ne en 1958 a Edimbourg, Irvine Welsh abandonne l’ecole a 16 ans et enchaine les petits boulots. Best-seller mondial, son premier roman Trainspotting est adapte au theatre puis au cinema en 1996 par Danny Boyle et devient un film culte dans le monde entier. Welsh y fait une apparition dans le role d’un dealer aux cotes d’Ewan McGregor. Son oeuvre a ete recompensee par deux prix : Le Scottish Arts Council Book Award en 1994 pour Trainspotting et le Saltire Society Scottish Book of the Year Award en 2002 pour Porno.
Ses romans sont reedites en France aux editions Points : Trainspotting et Une ordure font l’objet d’une remise en avant en octobre 2007 en partenariat avec Les Inrockuptibles.

  • La revue de presse Josyane Savigneau – Le Monde du 8 fevrier 2008

Comme toujours, Welsh fait long et repetitif, l’ellipse et la suggestion ne sont pas dans sa maniere. Pourtant, sous le signe de Nietzsche, “sans cruaute, pas de fete”, Porno est une nouvelle et plus passionnante plongee chez les paumes, dans leurs derives et leur tentative de survie, voire d’integration sociale. Le talent de Welsh pour les portraits, pour le comique de situation, pour le suspense est a son meilleur.

  • Les courts extraits de livres : 09/06/2009

Combine n 18 732

Pour la premiere fois de sa vie, Croxy transpire sous l’effort plus que sous l’effet d’une consommation abusive de drogue. Il lutte pour gravir les escaliers en portant le dernier carton de CD pendant que, abattu et hagard, je m’affale sur le lit et que je me mets a mater les murs de contreplaque couleur creme. Ce truc est mon nouveau chez-moi. Une chambre minuscule, quatre metres sur trois, entree, cuisine et salle de bains attenantes. Dans la piece, une armoire encastree sans portes, mon lit et juste assez de place pour une table et deux chaises. Je pourrais meme pas m’y asseoir : pire que la prison. Putain, je rentrerais bien a Edimbourg pour echanger avec Frank Begbie, lui filer ce taudis glacial contre sa cellule.
Dans cet espace confine, l’odeur pestilentielle du tabac froid de Croxy est suffocante. Ca fait trois semaines que j’ai arrete, mais a force d’etre a cote de lui, j’en fume trente par jour rien qu’avec le tabagisme passif.
– Ca donne soif, ce boulot, hein, Simon ? On va s’en boire une au Pepys ?
Son enthousiasme jubilatoire ressemble a un mepris delibere pour la situation delicate de Simon David Williamson.
D’un cote, ce serait une putain de pure folie de descendre Mare Street jusqu’au Pepys pour les entendre hennir De retour a Hackney, Simon ? mais bon, un peu de compagnie serait la bienvenue. Que je puisse tenir la jambe a quelqu’un. Relacher la pression. En plus, Croxy a besoin d’une bonne aeration. Essayer d’arreter de fumer en sa presence, c’est comme essayer de lacher l’heroine dans un squat bonde de junkies.
– T’as eu de la chance de trouver cet endroit, me dit Croxy en m’aidant a deballer les cartons.
De la chance, mon putain de cul, ouais. Je reste allonge sur le lit et l’appart tout entier tremble quand l’express de Liverpool Street fait son entree fracassante dans la gare de Hackney Downs qui se trouve a genre, cinquante centimetres de la fenetre de la cuisine.
Vu mon moral, rester cloitre ici est encore moins une solution que de sortir, alors on redescend avec prudence les marches, le tapis use jusqu’a la corde est devenu aussi perilleux que la face nord d’un glacier. Dehors, la neige fondue tombe et tandis qu’on chemine jusqu’a Mare Street et la mairie, on sent partout comme une ambiance maussade de gueule de bois postfestive. Croxy, sans la moindre touche d’ironie, me raconte que Hackney est un meilleur coin qu’Islington, aucune hesitation. Ca fait des annees qu’Islington est niquee.
On peut etre adepte du New Age un peu trop longtemps. Il devrait etre en train de creer des sites Web a Clerkenwell ou a Soho, au lieu d’organiser des squats et des teufs a Hackney. Je remets les pendules a l’heure, pas parce que ca lui servira de lecon mais pour eviter que de telles conneries s’infiltrent comme ca dans la culture sans jamais etre recusees.
– Non, c’est un pas en arriere.
Je souffle dans mes mains, mes doigts rouges comme des saucisses crues.
– Si t’as vingt-cinq ans et que t’es encore dans le trip New Age, Hackney est potable. Pour un entrepreneur ambitieux de trente-six ans, je fais en me montrant du doigt, c’est Izzy, oblige. Comment tu veux te lever une meuf dans un bar de Soho ou n’importe ou dans le E8 ? Qu’est-ce que tu reponds quand elle te demande : L’arret de metro le plus proche, c’est ou ?
– C’est plutot cool, le train, il repond avec un geste de la main en direction du pont de chemin de fer, sous le ciel boursoufle.
Un bus n 38 halete devant nous et repand son carbone toxique. Ces encules des transports londoniens : dans leurs brochures en papier glace, ils accusent les voitures de detruire l’environnement, mais eux, ils s’incrustent comme ils veulent dans ton systeme respiratoire.
– Non, c’est pas cool, putain. C’est trop la merde. Ce sera le dernier quartier du nord de Londres a avoir le metro. Meme Bermondsey est relie, putain de bon Dieu. Ils peuvent le faire rouler jusqu’a ce putain de chapiteau de cirque ou aucun connard ne voudra jamais aller, mais ils peuvent pas le faire venir jusqu’ici, c’est n’importe quoi putain.