Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Prix Philippe Delerm 2008 : 50 nouvelles

Preface : Philippe Delerm

Date de saisie : 19/06/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Valhermeil, Saint-Ouen-l’Aumone, France

Prix : 10.00 €

ISBN : 978-2-35467-024-5

GENCOD : 9782354670245

Sorti le : 19/06/2008

  • Les presentations des editeurs : 28/06/2008

Par confort de lecture, une dizaine de mots organisent les chapitres qui disent l’ambiance des 50 nouvelles selectionnees dans le Prix Delerm 2008 : portraits, voyages, enfance, suspenses, histoire, humour, la vie d’aujourd’hui… Mais il en faudrait beaucoup plus pour evoquer la richesse des univers singuliers de ces 50 auteurs franciliens. Chaque annee, la moisson de textes est toujours aussi passionnante a decouvrir et chaque annee Philippe Delerm l’honore d’une presentation des textes primes, passes de trois a cinq en 2008.

  • Les courts extraits de livres : 28/06/2008

Marie-Laure Bigand – Montgeroult

Juste voir la mer…

Nominee Prix Philippe Delerm 2008

Des son reveil, une envie soudaine de voir la mer s’empare de Nathalie. Elle l’imagine tellement bien, qu’un instant elle se persuade qu’elle est venue a elle. En tournant la tete vers la fenetre, elle apercoit le meme immeuble, gris, sale. Elle soupire ! Cette envie s’accroche a elle tout au long de la journee, comme un refrain que l’on fredonne sans cesse apres l’avoir entendu a la radio. Allongee depuis des semaines, la tete vide, tout desir envole, elle s’etonne : pourquoi veut-elle voir la mer ? Et pourquoi cette idee la submerge-t-elle a ce point ? Elle a perdu le gout des questions, surtout depuis qu’elles semblent provoquer un malaise dans son entourage. Elle a bien compris, va, pas la peine de tenter de dissimuler ce que son corps sait depuis longtemps. Il y a les cancers que l’on soigne avec succes et… les autres ! C’est comme ca, on n’y peut rien. La medecine a deja fait d’enormes progres, seulement, elle a ses limites : comme celui qui la ronge un peu trop vite.
A vingt-huit ans, alors que sa vie etait bien remplie, epanouissante, l’inimaginable lui etait tombe dessus. Et d’ailleurs, etait-elle si bien que cela, sa vie, a courir sans cesse ? Les derniers temps, elle n’avait plus une minute a elle, elle ne se posait plus, juste pour dormir ! Si elle avait su, elle aurait transforme ses heures de sommeil en heures d’allegresse. La fatigue etait pourtant la, tellement presente qu’elle n’a pas su la sentir devenir anormale. Elle continuait a courir, courir, meme pas eu le temps de construire quelque chose. Si, tout de meme, un petit copain, qui lui aussi etait trop pris par son travail, juste le temps de dormir ensemble, enfin pas que ca… Nathalie se dit qu’elle a quand meme vecu, puisqu’elle a partage une histoire d’amour. Il disait etre amoureux et souhaiter trois enfants… Projets vite volatilises, comme lui d’ailleurs, des qu’il avait su. Lorsqu’elle s’etait decidee a aller consulter, ce jour ou ses jambes ne la portaient plus, le medecin, devant les resultats des examens, lui avait simplement dit : Mais vous n’avez pas percu une fatigue inhabituelle ? Que repondre ? Elle n’avait le temps de rien, meme pas celui de s’arreter un instant sur elle, alors ? Et depuis des mois, elle subit des chimios. Au debut, elle rentrait chez elle. Ses parents, ses deux freres et sa soeur se relayaient pour ne pas la laisser seule. Maintenant, elle n’a plus de force, plus la force de rien. Son moral est descendu trop bas. Il faut te battre ! ne cessent de lui marteler les siens. Ah oui ! Elle aurait bien aime les voir a sa place, toute molle, sans ressort, juste son cerveau qui fonctionne a peu pres correctement.