Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Quand la fille naît, même les murs pleurent…

Auteur : Henry-Noël Ferraton

Dans une famille paysanne auvergnate, au XVIIIe siècle, la naissance d’une fille n’est pas un événement heureux. Le garçon reprendra l’exploitation et gardera le patronyme familial. On devra trouver un mari et surtout doter la fille.
À Soubrevèze, près de Saint-Flour, Jacques Vallot a déjà trois filles. Sa femme vient de mettre au monde un garçon. Malheureusement le bébé sera foudroyé au retour de son baptême. La malédiction sera de courte durée car sa femme mettra au monde trois autres garçons. Marguerite, encore une fille, viendra clôturer la famille de Vallot. Mais avec cette Marguerite commencera la série des filles Vallot réfractaires à l’autorité, jusque-là incontestée, du père, du mari, du frère.
La Révolution Française puis le XXe siècle verront les femmes Vallot participer aux petits et grands combats des féministes.
La Guerre de 14-18 et le travail des femmes, la Résistance, le droit de vote, le droit à l’avortement, la politique, seront autant d’engagements qui marqueront la vie de Rose, de Clémence et d’Amélie, puis de Pierrette pour terminer avec les contemporaines, Agnès et Anne-Laure.
Toutes, à l’image de Marguerite, la révolutionnaire, et de Marie-Anne, la meunière effrontée, apporteront leur pierre à l’édifice de l’égalité et surtout de la complémentarité homme-femme.