Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Radieuse Bérézina ; lumière crépusculaire sur l’industrie du nucléaire

Auteur : Jean-Marc Sérékian

« La sortie du nucléaire c’est aujourd’hui ou jamais ! », tel est lemessage historique de Fukushima. Par cette si soudaine proximité de l’aujourd’hui et jamais à nouveau révélée, la catastrophe japonaise a renforcé l’urgence éthique d’en finir avec l’âge atomique. Tel est la sentence irrévocable qui s’impose aujourd’hui à tout lemonde.
Plus que Tchernobyl, Fukushima a donc définitivement annihilé toutes les distances possibles, temporelles ou spatiales, réelles, techniques, conceptuelles oumême imaginaires, que l’on pouvaitmettre entre l’aujourd’hui et le jamais. La dite « sureté nucléaire » est désormais réduite à un oxymore et, indépendamment de toute catastrophe, reste entier ou se construit un autre oxymore celui de la dite « gestion des déchets nucléaire ». Toute ces choses ont été rapidement comprises en Allemagne et dans les autres pays d’Europe occidentale : il faut sortir au plus vite, en finir avec cette aventure technologique avant la catastrophe désormais inévitable.
A Fukushima c’est fini, le « jamais » est déjà arrivé, comme à Tchernobyl sur des centaines demilliers de kilomètres carrés on ne sortira plus jamais du nucléaire. L’éternité atomique sous sa pire forme c’est déjà aujourd’hui.