Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Rene Clement

Auteur : Denitza Bantcheva

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Cinema, Television

Editeur : Ed. du Revif, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782357000018

GENCOD : 9782357000018

  • Le courrier des auteurs : 20/11/2008

Cher ami,

Vous venez de recevoir Rene Clement, un petit volume orange, le fruit d’un long travail, que j’espere savoureux. Il m’a fallu dix ans pour entreprendre d’ecrire cette nouvelle monographie, apres celle sur Jean-Pierre Melville, et sa parution est pour moi comme un nouveau debut : il s’agit encore d’essayer de faire (re)decouvrir aux lecteurs un maitre meconnu, dont la plupart d’entre eux ont sans doute vu un ou deux chefs-d’oeuvre – Plein soleil, Jeux interdits, La Bataille du rail, peut-etre -, en ignorant le reste de sa filmographie, plus ou moins oublie. J’ai aime Clement en tant que cinephile, avant de songer a ecrire sur lui, et c’est pour partager le plaisir que ses films m’ont donne que je les ai etudies. Pourvu qu’il soit contagieux, et que le livre referme, les lecteurs aient l’impression d’avoir passe un moment en bonne compagnie – avec le cineaste, ses acteurs et ses autres collaborateurs qui temoignent sur lui – avant de partir vers quelque salle obscure ou nous allons sans doute nous retrouver.

Denitza Bantcheva

  • Les presentations des editeurs : 25/10/2008

Premiere etude exhaustive de l’oeuvre de Clement, cette monographie permet au lecteur de suivre le parcours artistique d’un maitre qui a traverse l’une des periodes les plus riches en mutations du cinema francais : les annees 1945-1975. Figure de proue du renouveau de l’apres-guerre, recompense de deux Oscar et reconnu dans le monde entier des ses premiers films, Clement a ete attaque ensuite par la Nouvelle Vague, et injustement assimile au cinema traditionnel, sans cesser pour autant de faire des experiences dont l’originalite ressort avec le recul.
Outre l’analyse de son oeuvre film par film, le livre offre un commentaire de sa thematique et de sa stylistique, qui met en evidence leur coherence profonde. Des entretiens avec des proches et des collaborateurs du maitre (Alain Delon, Michele Morgan, Brigitte Fossey, Claude Bolling…) viennent completer l’etude.

Denitza Bantcheva a publie des romans, des recits, des nouvelles et des poemes ainsi que des livres de cinema. Aux Editions du Revif, elle a fait paraitre l’ouvrage de reference Jean-Pierre Metville : de l’oeuvre a l’homme et La Traversee des Alpes, un roman dont la critique a salue l’envergure et l’originalite.

  • Les courts extraits de livres : 25/10/2008

Extrait de l’avant-propos :

Clement a longtemps gene ceux qui voulaient avoir tout innove, ecrivait Claude-Marie Tremois dans un article intitule Rene Clement : ce meconnu. Plus de quarante ans se sont ecoules depuis, mais le constat garde son importance, et le qualificatif meconnu semble encore plus pertinent du point de vue actuel.
De fait, la derniere etude de l’oeuvre du cineaste, la monographie d’Andre Farwagi, remonte a 1967 ; depuis, aucun specialiste ne semble s’etre interesse a Clement autrement que pour le situer parmi d’autres realisateurs, dans un contexte de periode ou de genre, quand ce n’est pas pour commenter seulement un ou deux de ses films. Pire encore, en l’absence d’analyse couvrant toute sa filmographie, de vieux cliches pejoratifs continuent de circuler, et s’imposent parfois jusqu’aux critiques bien places pour emettre un avis plus objectif. Meme les mieux intentionnes, comme Pierre Billard qui dissipe certains malentendus, ont du mal a trouver un tiroir approprie pour y ranger Clement, tout en refusant d’admettre qu’il merite d’etre etudie en soi, avec l’attention due a un maitre. Tel fut longtemps le sort de Jean-Pierre Melville aussi, et comme cela s’est produit avec lui, c’est la meconnaissance critique d’une oeuvre de grande valeur qui m’a decidee a entreprendre l’ouvrage qui suit.