Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Rita, New York, 1964

Auteur : Unni Nielsen

Traducteur : Jean-Baptiste Coursaud

Date de saisie : 02/11/2007

Genre : Jeunesse a partir de 13 ans

Editeur : Rouergue, Rodez, France

Collection : DoAdo. Monde

Prix : 11.50 / 75.44 F

ISBN : 978-2-84156-898-7

GENCOD : 9782841568987

Sorti le : 02/11/2007

Acheter Rita, New York, 1964 chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le choix des libraires : Choix de Claire Lebreuvaud de la librairie ANECDOTES a LIMOGES, France – 10/11/2009

Rita jeune norvegienne debarque a new-York en 1964 et Rita a le coeur qui bat la chamade au rythme de la Toccata et fugue en re mineur pour son amoureux accordeoniste sur les toits de Brooklyn.
New-York, les annees 60, le reve americain… Mais elle le sait Rita que Disney a du plomb dans l’aile et du souci a se faire.
Elle le sait, Rita, qu’au Viet-Nam ou l’US Army bombarde les rizieres au napalm, les guerriers ne sont plus ni des heros, ni des gentils comme dans Our Nation at War.
Elle le sait, Rita qu’il est bizarre que la police abatte un garcon noir de 15 ans a Harlem au nom de la legitime defense.
Elle grandit Rita… elle vit, elle prend conscience du monde qui l’entoure et son histoire, ses amours, son enfant, ses reves et ses desillusions, s’imbrique dans l’Histoire ou Malcom X, Frantz Fanon, Martin Luther King, les Beatles, Harry Belafonte et Mohamed Ali font entendre leur voix.
Un roman engage ou l’ecriture ecorchee d’Unni Nielsen colle a merveille avec les chaos de l’histoire des Etats-Unis dans les annees 60. Et comme le rappelle l’auteur “elles ne sont pas rien que de l’Histoire ces annees bizarroides d’avant 1968…”

  • Le journal sonore des livres : Lu par Laurence Pierre – 18/11/2009

Telecharger le MP3

  • Les presentations des editeurs : 31/10/2007

Unni Nielsen
Rita, New York, 1964

Lorsque Rita, une jeune Norvegienne, debarque a New York en 1964, le reve americain brille toujours aussi fort pour ceux qui viennent d’ailleurs. Et tout s’enchaine si vite quand on a dix-huit ans. Elle rencontre Ove, un garcon silencieux. Ils passent des nuits ensemble a s’aimer sur le toit de leur immeuble, a Brooklyn. Mais durant cet ete si chaud de l’annee 1964, la roue de l’Histoire tourne vite. Ove est appele par l’armee americaine pour aller se battre au Vietnam. Personne ne proteste contre cette guerre. Pas encore. Et Rita n’ose pas lui ecrire ce secret dont elle est si fiere. Bientot, la guerre sera terminee, non ?

Rita, New York, 1964, est un roman d’amour et de guerre. Un roman sur la guerre du Vietnam. Sur toutes les guerres qui n’en finissent pas de finir et sont une maladie de l’ame, comme t’a denonce, dans ces annees-la, Martin Luther King. Pour l’ecrire, Unni Nielsen s’est souvenu de ses annees 60, quand une certaine jeunesse s’eveillait a la conscience politique, mais aussi a ces musiques nouvelles qui portaient tant de revoltes et tant de reves.

Auteur norvegien reconnue, Unni Nielsen, (1942-1995), a commence a ecrire pour les adultes avant de se consacrer presque exclusivement a la litterature jeunesse. Elle a ecrit tantot des polars, tantot des livres sur des sujets dits de societe, en portant son regard sur le monde comme il ne va pas. La guerre de Rita, publie en 1995, a ete couronne du prix du meilleur roman pour la jeunesse par sa maison d’edition Tiden. Ce roman a ete traduit en allemand et en danois.

  • Les courts extraits de livres : 31/10/2007

Nous sommes le 22 novembre 1963 et Rita a dix-huit ans. Elle est telegraphiste a bord de l’Albion. L’Albion parcourt la route de la banane pour la United Fruit Company. Il vient de quitter le Honduras et met le cap vers New York. Il ne transporte pas de bananes – il ne manquerait plus que ca. Non, l’Albion transporte des colis et repand les mouches et les petits serpents verts presents dans les regimes de bananes. Son circuit part de New York, passe par le Belize, le Honduras, le Guatemala, le Nicaragua, pour enfin revenir a New York. Parfois, il fait un crochet par une ile des Caraibes : les Bahamas, les Bermudes, Trinidad, la Jamaique. Mais jamais il n’accoste a Cuba. Aucun bateau n’accoste plus a Cuba, rapport a l’embargo economique.

Il faut un mois pour boucler le trajet. Mais l’Albion est un vieux bateau, qui ne respecte jamais les horaires auxquels il est astreint. En consequence, la United Fruit a renonce a un affretement a temps de l’Albion et le cantonne a faire du cabotage. Il vient aujourd’hui, au petit matin, de passer Key West, la pointe sud de la Floride. Sa destination le mene aux quais de la United Fruit Company, sur l’East River, le long de Manhattan.

L’Albion navigue au profit de la United Fruit Company qui a destitue cette annee le president du Honduras pour mieux en instituer un autre, un nouveau qui ne parle pas de reforme agraire. Rita en a eu des echos quand elle etait a Puerto Cortes. C’etait un fait divers. Apres tout, les presidents vont et viennent au Honduras.

A Puerto Cortes, comme dans toute l’Amerique latine, les pauvres revent de reforme agraire. Ils en revent depuis des siecles et c’est un reve humble, un reve de rien du tout, qui tient a ca : avoir le droit de travailler pour gagner leur nourriture et assurer la subsistance de leur famille – pas plus que ca. Car en Amerique latine, du Mexique au nord jusqu’en Argentine et au Chili au sud, les terres appartiennent aux grands proprietaires terriens, et non aux paysans qui y travaillent. Les petits paysans, los campesinos, sont une espece de metayers a vie exploitant une terre qu’ils ne possederont jamais. Ils ne possedent rien, pas meme le droit a disposer d’eux-memes et de leur famille. Un reve, c’est tout ce qu’ils possedent. La reforma agraria est un vieux reve, un reve ancestral en Amerique latine.