Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Saladin

Auteur : Anne-Marie Edde

Date de saisie : 15/10/2008

Genre : Biographies, memoires, correspondances…

Editeur : Flammarion, Paris, France

Collection : Grandes biographies

Prix : 26.00 / 170.55 F

ISBN : 978-2-08-210058-8

GENCOD : 9782082100588

Sorti le : 15/10/2008

Acheter Saladin chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le courrier des auteurs : 07/02/2009

Chers libraires,

Savez-vous qu’a Bagdad, au Xe siecle, on ne comptait pas moins d’une centaine de librairies ou l’on fabriquait, copiait et vendait des livres et qu’il existait des marches aux livres dans toutes les grandes villes du monde arabe ? Beaucoup de libraires etaient aussi hommes de lettres, poetes, historiens ou theologiens. Il est vrai que Saladin n’a pas toujours respecte les livres, notamment lorsqu’il laissa ses troupes piller la somptueuse bibliotheque des palais du calife au Caire. Mais sous l’influence de ses conseillers, il apprit progressivement a les aimer. Son chancelier, dit-on, acquit plus de 100 000 ouvrages et consacra toute sa fortune a l’achat de livres.
De quoi vous faire rever, vous les libraires qui nous faites si bien voyager dans le temps, l’espace et l’imaginaire. Oui, je l’avoue, il m’est arrive d’acheter un livre sur internet, par facilite ou par paresse, mais le plaisir n’est en rien comparable a celui de flaner entre les rayons de vos librairies. Quand on demanda a un libraire arabe du Moyen Age Qu’est-ce que le plaisir ?, savez-vous ce qu’il repondit ? Du parchemin, du papier, de l’encre et une plume de roseau bien taillee !

Anne-Marie Edde

  • Les presentations des editeurs : 12/11/2008

Pour le monde arabo-musulman, Saladin est une figure mythique : de Nasser a Saddam Hussein, nombreux sont les dirigeants du XXe siecle qui se sont reclames de lui, nombreux les poetes et les artistes qui ont exalte sa memoire. A Damas, son mausolee est aujourd’hui encore un lieu de pelerinage. En Occident aussi, une veritable legende s’est construite autour de ce sultan kurde (1137-1193) devenu champion de l’islam et souverain d’un immense empire. Par-dessus tout, il est celui qui sut reprendre Jerusalem aux croises et susciter chez ses adversaires chretiens, notamment Richard Coeur de Lion, un sentiment proche de l’admiration.
Pres de dix ans de travail ont ete necessaires pour ecrire cette biographie, la premiere en francais depuis un demi- siecle : a partir de sources variees (chroniques, recits de voyages, lettres, poemes, traites administratifs…), Anne-Marie Edde a voulu comprendre la formidable popularite qui fut celle de Saladin, une popularite a laquelle il veilla toujours de tres pres. Une propagande inlassable encensait le sultan, defenseur de l’islam, serviteur fidele du calife de Bagdad, parangon de justice, magnanime et genereux envers ses sujets comme envers ses ennemis… S’efforcant de faire la part de l’imaginaire et de la realite, Anne-Marie Edde replace le personnage dans l’epoque tourmentee qui fut la sienne. Elle decrit l’ascension d’un homme dote d’un grand sens politique, qui parvint a etendre sa domination sur un territoire allant du Nil a l’Euphrate et du Yemen au nord de la Mesopotamie ; un homme authentiquement interesse par la vie religieuse, soucieux d’appliquer la loi musulmane, sans concessions mais sans exces non plus, notamment a l’egard des communautes juives et chretiennes qu’abritait son empire ; un homme qui fut un guerrier infatigable, mais aussi un administrateur doue d’une prodigalite qui faisait le desespoir de ses proches. Un homme, enfin, qui montra autant de volonte dans la maladie, le deuil et les combats decus que sur les chemins de la gloire.

Anne-Marie Edde est historienne, specialiste du Moyen Age arabe. Directeur de recherche au CNRS, elle dirige actuellement l’Institut de recherche et d’histoire des textes. Elle est l’auteur de travaux portant notamment sur la dynastie des Ayyoubides, fondee par Saladin, et sur l’histoire de la Syrie aux XIIe et XIIIe siecles.

  • La revue de presse Malek Chebel – Le Point du 11 decembre 2008

L’historienne Anne-Marie Edde, qui consacre au chef de la maison ayyubide une excellente biographie, extremement fouillee et limpide, suit a la trace tous ses faits d’armes, grands et petits. S’agit-il du personnage prive ou du mythe ? Des deux meles, indissociables. Car devenir le heraut de la brillante civilisation musulmane d’alors, parmi tant de generaux musulmans aussi intrepides que lui, mais tres vite neutralises, n’etait pas chose aisee.

  • La revue de presse – Le Monde du 21 novembre 2008

Le succes le plus eclatant de Saladin fut peut-etre d’avoir si parfaitement maitrise sa “politique de communication”, ce qui etait d’autant plus imperieux que sa legitimite dynastique (arabe de langue et de culture, mais kurde d’origine) n’etait guere assuree. Avec finesse, l’historienne passe cet ideal de gouvernement au crible de la critique erudite. Il en ressort que la defense de l’orthodoxie religieuse, mais aussi la culture savante de ce roi, compare a Salomon tout autant qu’a Alexandre le Grand, sont plus importantes que ne le croient ceux qui ne veulent retenir que le souvenir du guerrier intrepide.

  • La revue de presse Jean-Christophe Ploquin – La Croix du 12 novembre 2008

Prendre d’assaut le mythe de Saladin est aussi utile que temeraire. Cette figure legendaire, que Dante fit figurer dans les Limbes de sa Divine comedie, aux cotes de Socrate et d’Aristote, continue d’attiser les passions dans le monde arabe. Adversaire des croises, conquerant de Jerusalem en 1187, il a resurgi dans l’imaginaire collectif du XXe siecle pour symboliser la resistance victorieuse a l’expansionnisme occidental…
La premiere, directeur de recherche au CNRS, specialiste de la Syrie des XIIe et XIIIe siecles, a realise une somme erudite qui s’attache a replacer Saladin dans son temps. Elle montre un stratege habile et souligne son rigorisme religieux.

  • Les courts extraits de livres : 11/02/2009

Extrait de l’introduction :

Nous voici de retour en Orient, Monsieur le sultan ! Tels sont les mots qu’on prete au general Gouraud, au mois de juillet 1920, devant la tombe de Saladin, alors que les troupes francaises viennent d’entrer dans Damas. Peu importe que cette phrase ait ete prononcee ou non. Sa celebrite temoigne en soi de la forte empreinte laissee par le sultan dans la memoire collective, en Orient comme en Occident.
En Orient, Saladin a d’abord ete le liberateur de Jerusalem, cette ville qui cristallise, aujourd’hui encore, les aspirations et les revendications de trois grandes religions : le judaisme, le christianisme et l’islam. Saladin est aussi celui qui a reussi a repousser les Occidentaux et a reunifier une grande partie du monde musulman, des rivages du Tigre a la Cyrenaique, et du Yemen a la Syrie du Nord. D’ou son eclat et sa popularite, toujours vivaces dans un Moyen-Orient ou le culte des heros est omnipresent.
Si Saladin – Salah al-Din en arabe – est devenu, a compter du XXe siecle, une veritable icone pour le monde musulman (les chiites exceptes, nous verrons pourquoi), au point d’eclipser d’autres grandes figures islamiques du passe, c’est parce que le monde arabe a ete precisement confronte a l’echec de son unification, a la colonisation europeenne, a la creation de l’Etat d’Israel, a l’annexion de Jerusalem, et enfin, aux multiples interventions americaines. Dans ce contexte de sans reserve. Meme si leurs auteurs cherchent avant tout a souligner les vertus de leur souverain, a demontrer son merite, afin d’en perpetuer a jamais le souvenir, ce sont des hommes qui l’ont approche, ecoute, conseille, qui ont combattu et prie a ses cotes, qui l’ont vu agir au quotidien, qui l’ont console et encourage, qui l’ont meme veille jusqu’a son dernier souffle. Leurs recits, malgre leurs fioritures et leur exageration parfois manifestes, conservent incontestablement la trace de ces moments d’intimite, et temoignent bien souvent de la profonde connaissance qu’ils avaient de la personnalite de leur sultan.