Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Salomé

Auteur : Oscar Wilde

Oui, je baiserai ta bouche, iokanaan.
Je te l’ai dit, n’est-ce pas ? je te l’ai dit ? eh bien, je la baiserai, maintenant. mais pourquoi ne me regardes-tu pas, iokanaan ? tes yeux qui étaient si terribles, qui étaient si pleins de colère et de mépris, ils sont fermés maintenant. pourquoi sont-ils fermés ? ouvre tes yeux ! soulève tes paupières, iokanaan. pourquoi ne me regardes-tu pas ? as-tu peur de moi, iokanaan, que tu ne veux pas me regarder ? .
Et ta langue qui était comme un serpent rouge dardant ses poisons, elle ne remue plus, elle ne dit rien maintenant, iokanaan, cette vipère rouge qui a vomi son venin sur moi. c’est étrange, n’est-ce pas ? comment se fait-il que la vipère rouge ne remue plus ? tu m’as dit des choses infâmes. tu m’as traitée comme une courtisane, comme une prostituée, moi, salomé, fille d’hérodias, princesse de judée ! eh bien, iokanaan, mois je vis encore, mais toi, tu es mort et ta tête m’appartient.