Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Singe savant tabasse par deux clowns

Auteur : Georges-Olivier Chateaureynaud

Date de saisie : 03/03/2010

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 18.50 / 121.35 F

ISBN : 9782246682813

GENCOD : 9782246682813

Sorti le : 03/02/2005

Acheter Singe savant tabasse par deux clowns chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 23/12/2009

Au tournant des annees 70 et jusqu’a aujourd’hui, la nouvelle francaise a connu un renouveau dont on n’a pas encore pris toute la mesure. Georges-Olivier Chateaureynaud est un des artisans majeurs de ce phenomene. A cote des grandes nouvellistes realistes comme Annie Saumont, Claude Pujade-Renaud ou Christiane Baroche, c’est le registre du fantastique a la francaise, plus soucieux d’intriguer et de troubler, de confondre que d’effrayer, qu’il aura renouvele. Le present recueil en temoigne, apres Le Heros blesse au bras, Le Kiosque et le tilleul, Le Gout de l’ombre. Debarrasse de ses cliches et de son bric-a-brac, le fantastique est a meme de continuer l’exploration de la psyche humaine qui a de tout temps constitue sa visee veritable. Ici, une ancienne actrice defiguree par la foudre s’offre a l’eclair qui viendra la reprendre… La, un homme accumule chez lui, jusqu’a vivre un enfer, les fantomes pourtant bien paisibles de ses proches decedes… Un chauffeur de taxi decouvre au coeur de la ville qu’il parcourt depuis des annees une rue inconnue de lui, ou le gout de la vie devient bouleversant, mais qu’y-a-t-il au bout de la rue oe… Pour quelques billets, une gitane revele aux convives d’un restaurant combien de temps il leur reste a vivre, mais que faire de ce savoir oe… Dans les villes revees par l’auteur, on peut offrir son coeur pour de bon a la personne de son choix, on peut s’autofusiller grace a un peloton d’execution automatique – a condition d’avoir l’appoint, car la machine ne rend pas la monnaie. Le fantastique de Chateaureynaud decrit sur un mode metaphorique et poetique un monde cruel, narquois, tantot invivable et tantot paradisiaque, un monde a tout moment reversible : le notre.

  • La revue de presse Mohammed Aissaoui – Le Figaro du 24 fevrier 2005

Mais quel cirque !, au sens figure comme au sens propre ! On y voit deux clowns, vieux et lugubres, en train de rosser un chimpanze. La malheureuse bete a les yeux poches, le nez en sang et les levres tumefiees. C’etait affreux, ecrit Chateaureynaud, dans un doux euphemisme. Le chapiteau est un formidable concentre de la societe et le nouvelliste s’en donne a coeur joie : il plante la, en somme, son propre chapiteau pour abriter son histoire fantasque et fantastique. On y rencontre un magicien timide, un montreur d’ours, une jolie femme qui repond au doux prenom d’Angelina ; et puis, on tombe sur des personnages moins frequentables, comme cette dompteuse, dont certains disent, sous le sceau de la confidence fielleuse, qu’elle serait zoophile !… On ne deflorera pas la fin, mais cette nouvelle (Singe savant tabasse par deux clowns, qui donne egalement le titre au recueil) illustre a merveille la faculte de Chateaureynaud qui est de trousser une histoire en vingt-deux pages : les seconds roles ont autant d’etoffe que les heros ; deux ou trois traits lui suffisent ; c’est baroque et vraisemblable a la fois, et l’exploit est renouvelee a onze reprises…