Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Star Wars : le rebelle et l’empereur

Auteur : Pierre Berthomieux

Date de saisie : 14/12/2006

Genre : Litterature Etudes et theories

Editeur : Ellipses, Paris, France

Prix : 16.00 €

GENCOD : 9782729831547

Sorti le : 14/12/2006

  • Le journal sonore des livres : Emmanuelle Cousin – 23/01/2007

Telecharger le MP3

Emmanuelle Cousin – 23/01/2007

  • Les presentations des editeurs : 17/01/2007

Le Rebelle et l’Empereur n’est pas un nouveau guide pour les fans, mais il concerne tous les spectateurs qui ont goute la richesse des mondes de George Lucas et souhaitent en savoir plus.

L’impact culturel et commercial de la saga occulte souvent la plus grosse partie de l’histoire : l’art des films, leur narration originale en deux trilogies, leurs liens avec des styles tres divers, de la tragedie au cinema experimental, leur style musical et rythmique, leur place dans l’histoire du cinema hollywoodien…

On trouvera ici neuf analyses approfondies qui proposent des approches originales et synthetiques sur cet ensemble de fictions d’une ampleur unique a Hollywood.

  • Les courts extraits de livres : 17/01/2007

La guerre de Trois : l’art de la trilogie
Renan Cros

Mai 1977. Le regne des studios s’est bel et bien dilapide dans les elucubrations marginales d’une contre-culture prolifique. Voila presque dix ans que les Easy Riders (1968) ont enterre dans un trip gigantesque ce qui restait du classicisme, dechainant ainsi l’enthousiasme d’une jeunesse qui ne se retrouvait plus dans Bogart, Gable ou meme John Wayne. L’Amerique veut autre chose. Elle ne veut plus de heros intrepides et insolents. Elle veut des etres humains, trop humains, qui s’egarent et se perdent dans des road movies. Les corps souffrent, se dechirent, crient leur haine d’un systeme alienant. Benjamin Braddock plonge dans une piscine, Clyde Barrow devalise les banques et Travis Bickle conduit ses nevroses au gre de son taxi. Le monde n’est plus ce parfait ecosysteme qui rangeait le bien loin du mal. L’Amerique n’a plus la suprematie de la bienseance. Avec ce Viet-Nam, si loin, et pourtant dans tout les televiseurs, l’Amerique a detruit ce qui pouvait rester de ses Heros. A l’oree de 1977, la figure du moment s’appelle Rocky Balboa (1976). Il lutte, souffre, endure pour atteindre le statut de heros. Mais, finalement c’est bien de ce cri d’amour dechirant, symbole de sa faiblesse, dont tout le monde se souviendra. Le heros americain va mal et le cinema ne cesse de le crier sur tous les ecrans. Au milieu de ce constat desolant, vecteur, il est vrai, de grands films, va apparaitre une lueur d’espoir. Un nouvel espoir.
Des etoiles. Des etoiles en guerre. Voila l’idee de depart. Ou plutot une guerre, une guerre dans les etoiles. Montrer une guerre mais la-haut, plus haut, la ou Melies revait deja. Voila le projet fou d’un realisateur, considere presque alors comme experimental avec son THX 1138 (1971) : faire encore rever les gens. Il ne s’agit pas, pour autant, de repartir en arriere mais bien de proposer quelque chose de nouveau, de total, une forme de cinema qui retrouverait la force heroique des aventures classiques. Le pari est risque, mais bien vite ce nouvel espoir va devenir celui de toute une generation. Fin 1977, Star Wars a conquis le monde entier. Tres vite Lucas decide de ne pas en rester la. Quelques mois apres sa sortie, le film est devenu l’Episode IV : A New Hope… Il y a donc quelque chose apres l’espoir.