Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Taiwan 101

Auteur : Noam Rift

Date de saisie : 06/11/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : J.-P. Bayol, Ales, Gard

Prix : 15.50 / 101.67 F

ISBN : 978-2-916913-14-8

GENCOD : 9782916913148

Sorti le : 06/11/2008

Acheter Taiwan 101 chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Le courrier des auteurs : 02/12/2008

La corruption dirige le monde, dit-on, mais elle a toujours un visage – souvent cache il est vrai – et d’excellentes justifications. Elle est, dit-on, notre biosphere, nous vivons en symbiose. Elle n’est pas nee d’hier, elle nous survivra.

Je revenais d’un sejour a Taiwan quand j’ai ecrit les premieres lignes de ce livre – une longue marche sur les flancs d’une montagne, de la jungle luxuriante au sommet aride, a la recherche du fin mot de l’Affaire des Fregates.

En permanent mouvement le recit cherche a s’echapper mais – comme les hommes qui se croient libres jusqu’au jour ou ils se decouvrent etre le jouet de forces incommensurables ou mesquines – il est ramene au coeur des tenebres, ou a l’Origine, s’il y a une difference…

Noam Rift

  • Les presentations des editeurs : 02/12/2008

Roman d’espionnage, Taiwan 101 est centre sur l’affaire des Fregates. Un homme en guide un autre a travers la foret, au sommet d’un volcan ou l’attend le mysterieux intermediaire du marche des Fregates, Shampoo, qui pretend vouloir livrer les secrets de l’affaire. Durant cette marche, longue, Chen devoile a son interlocuteur francais, attentif et silencieux, les dessous de cette sombre histoire, qui se revelera etre aussi celle de son pere. Tout est question de transmissions volontaires ou involontaires, completes ou inachevees. Au cours de l’ascension, passant d’une nature luxuriante et tropicale au desert de la Fin, Chen compare les lois naturelles avec celles des hommes, predations et symbioses. Puis il revient a sa version des crimes, des exactions qui ont engendre la deroute des commissions et retro commissions, devoyees par Shampoo, l’expert en brouillage de pistes.

Noam Rift nous entraine sur un chemin qui traverse la jungle de la corruption mais qui garde les anciennes traces de la tradition chinoise, celles de la voie ancestrale. Le monde ou il nous conduit est celui des contradictions d’aujourd’hui et des apocalypses futures.

Noam Rift est francais. Il vit et travaille a Paris. Apres CORPS, Taiwan 101 est son deuxieme roman.

  • Les courts extraits de livres : 11/12/2008

Taipei.
Shit, I’m still only in Taipei.
Quel debut. Vous vous souvenez ? En plus, ca commence par la fin. Le bruit des helices. La double helice de la vie qui patrouille sur un champ de vermines :
This is the End.
Beautiful Friend.
C’est la fin.
Ma seule amie, la fin.
De tout ce qui reste, la fin.
Pas de secours ni surprise, la fin.
Je ne regarderai jamais plus dans tes yeux. La fin.

Apocalypse. J’ai decouvert le film a Paris. En septembre je me souviens. Palme d’or a Cannes, direct dans les salles. Les sous-titres etaient deja edites, il est sorti pile le meme jour qu’aux US. Le doublage aussi. Peu de dialogues de toute facon. L’histoire repose sur le silence : le fleuve, la jungle, des hommes. Un genre qui parle peu, une traduction rapide a faire. Mercredi, premiere seance, j’etais la. C’etait la fin de mon sejour en France. Dix, onze ans. Ca suffisait. Je pensais qu’il fallait rentrer. Des les premieres images, j’aurais voulu me dematerialiser. Teleporte, rematerialise, la ou nous sommes, au bord de la foret. Francais c’etait mon reve. Au milieu du film, je me suis apercu de l’illusion. Le mirage aurait pu se prolonger indefiniment. J’aurais pu courir apres jusqu’a la mort. Apocalypse m’a decide. J’ai pleure dans la salle comme pour une histoire d’amour. La France me quitte. J’ai pourtant lutte pour me faire accepter, aimer oui. Apocalypse m’a permis de surmonter la douleur. De renoncer au reve, a ce reve d’etre francais. J’ai ravale mes larmes. J’ai pris mon elan. Maintenant ou jamais. Prends la fuite je me suis dit, ta place c’est la Chine. L’eau boueuse, les rizieres, les buffles, les palmiers, les tropiques. Que ca me plaise ou non : ici c’est chez moi.