Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Tête bêche

Auteur : Jean Pechenart

« J’avais deux bêches, deux bêches à dents. Motoculteur non pas de motoculteur c’est trop rapide trop bruyant. J’avais deux bêches à dents, j’en ai même trois à présent. Celle de la maison d’avant, qui n’a plus que trois dents la quatrième est cassée ce qui n’en fait pas un trident pour autant. Celle de la maison d’aujourd’hui que j’ai trouvée dans la cabane du bas et qui neuve devait être d’une jolie couleur rouge car il en reste un peu sur le haut du fer, mais trop fragile, les dents se tordent ça bêche mal. J’en ai maintenant une troisième flambant neuve, de couleur noire qui s’en va peu à peu laissant place au brillant vif de l’acier, quatre dents solides et profilées comme des épées pour piquer ou tailler trancher terre, fendre les mottes. Une vraie bêche de soldat jardinier. » Jean Péchenart, homme de lettres subtil et profond, nous livre ici une méditation fouillée sur l’art de vieillir et de faire son jardin. Avec texte En bêche : Flûte alors.