Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Traité du débutant

Auteur : Jean Prévost

L’écrivain qui, à la manière de Baudelaire, dispense des Conseils aux jeunes littérateurs et signe, au printemps de 1929, un Traité du débutant, n’a que vingt-huit ans. Voici donc un garçon précoce doublé d’un outrecuidant. C’est qu’il ne lui déplaît point de poser en cicérone, de feindre d’avoir assez de métier pour l’enseigner aux novices. Il ne déteste pas non plus profiter de l’exercice pour s’imposer à lui-même quelques règles de conduite. Bref, notre jeune auteur a du caractère. Il est vrai, que, à l’âge où certains de ses contemporains finissent encore leurs études, Jean Prévost a déjà bien vécu et beaucoup écrit. Si son Traité du débutant se lit si bien plus de quatre-vingts ans après sa parution, ce n’est pas seulement que son auteur écrit vite, clair et moderne, c’est aussi qu’il donne des conseils pratiques qui valent toujours et portent, sur la société littéraire, des jugements que le temps a rendus plus aigus. Bien avant La littérature à l’estomac, de Julien Gracq, il écrit : ” La hâte que ce siècle a voulu mettre en toutes choses, il l’a mise aussi dans sa lecture “. Mais aussi : ” Étant donné que le public est bête, tout grand et immédiat succès d’une belle oeuvre est le fruit d’un malentendu “. Mais encore : ” Les critiques n’ont aucune espèce d’influence (…) ; ils n’ont même pas d’avis “. Une fois pour toutes, Jean Prévost a décrété que le public des vrais lettrés ne dépassait pas, en France, les six cents âmes. Pour ce début de siècle, nous ne serons guère plus généreux.