Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Trilogie de Signe. Volume 3, La rage d’etre libre

Auteur : Kerstin Thorvall

Traducteur : Martine Desbureaux | Kerstin Kerstin

Date de saisie : 14/02/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Serpent a Plumes, Monaco, France

Collection : Fiction. Domaine etranger

Prix : 21.50 €

ISBN : 978-2-268-06434-5

GENCOD : 9782268064345

Sorti le : 14/02/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Martine Carayon de la librairie LA MARGE a AJACCIO, France – 14/07/2012

Suite et fin de la superbe trilogie de “Signe”.
L’auteur dresse ici un requisitoire contre l’obscurantisme social et religieux de la Suede du debut du siecle aux annees 60, a travers le portrait de deux femmes, (tout d’abord la mere et ensuite sa fille).
L’ecriture de Thorval va a l’essentiel avec beaucoup de talent.
A decouvrir….

  • Les presentations des editeurs : 14/07/2012

Paris, 1947.
Esperant guerir sa fille amourachee de son prince charmant, Hilma a envoye Signe a Paris. Le resultat de ce sejour est l’inverse des espoirs de la mere : il donne le coup d’envoi a la carriere de dessinatrice de mode de Signe en faisant d’elle l’ambassadrice du new-look en Suede, et aboutit a un tempetueux mariage d’amour avec Lars-Ivar, l’homme de sa vie. Signe s’affranchit du joug maternel. Lars-Ivar, artiste encore en attente de reconnaissance, s’occupe des enfants.
L’impossible Signe n’a-t-elle pas tout pour etre heureuse ? Elle se met a ecrire. Pour Lars-Ivar, c’est la derniere des trahisons. Dans ce troisieme tome de l’histoire de Signe, a travers des angoisses mortelles, dans la rebellion mais avec une determination irreductible, c’est l’ecrivain qui sort de sa chrysalide, une femme qui accede enfin a l’expression entiere d’elle-meme. Un recit dramatique mais jamais sans humour, un monologue fantasque.
L’anticonformisme mordant de Kerstin Thorvall est une sorte de revanche personnelle sur le carcan de son education puritaine. Avec la trilogie de Signe (parue en un seul volume en 1999) dont Le Sacrifice d’Hilma obtint le prix Moa Martinsson, le vent de la critique a tourne et le talent de Kerstin Thorvall est enfin reconnu.