Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Un arc-en-ciel dans la nuit

Auteur : Dominique Lapierre

Date de saisie : 22/07/2008

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : R. Laffont, Paris, France

Prix : 21.00 / 137.75 F

ISBN : 978-2-221-11105-5

GENCOD : 9782221111055

Sorti le : 15/05/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Angelique de la librairie DEVELAY a VILLEFRANCHE SUR SAONE, France – 02/07/2008

Et si l’histoire n’etait en fait qu’un roman. C’est ce qu’on pourrait penser en lisant ce recit ; Dominique Lapierre nous raconte l’histoire de l’Afrique du Sud comme une grande saga, une fresque romanesque.
Chaque periode evoquee est un rebondissement, les acteurs ont tous marque de leur empreinte le destin de ce pays connu surtout pour l’apartheid et le combat de Nelson Mandela.
Bonne lecture, bon depaysement qui donne envie de courir dans la premiere agence de voyage et de s’envoler pour le Cap sur les traces des Hollandais, sur les pas de Mandela : sa lutte, son calvaire, son engagement, sa vie.
Et decouvrir un pays aux multiples facettes.

  • Les presentations des editeurs : 13/06/2008

6 avril 1652. Une poignee de jardiniers hollandais debarquent a l’extreme pointe sud de l’Afrique. Leur mission : faire pousser des salades pour les equipages de la puissante Compagnie des Indes Orientales d’Amsterdam decimes par le scorbut. Pas l’ombre d’une ambition de conquete coloniale dans cette aventure potagere. Mais ces hommes, et les immigrants qui les rejoignent, defient bientot les jungles infestees de betes sauvages et de mouches tse-tse pour s’enfoncer au coeur du continent. Ils vont y ecrire le premier chapitre de l’histoire d’un pays qui n’existe pas encore : l’Afrique du Sud.
Persuades par leur foi calviniste que Dieu les a elus pour regner sur le monde, ces premiers colons vont affronter les tribus noires, les chercheurs d’or et de diamants, les regiments a tunique rouge de la reine Victoria. Une saga feroce, tumultueuse, heroique, qui debouchera trois siecles plus tard sur l’une des plus grandes tragedies de l’Histoire : l’instauration par un petit peuple de quatre millions de Blancs d’un regime raciste qui fera des centaines de milliers de victimes noires. Ce sera l’apartheid, une hideuse dictature a laquelle mettra fin, apres vingt-sept ans d’emprisonnement, un geant de notre temps, Nelson Mandela.
Avec la passion, la minutie, le talent qui ont fait le succes de ses grandes fresques historiques, Dominique Lapierre a mene trois ans d’enquete pour reconstituer l’epopee de ces femmes et de ces hommes anonymes ou celebres, blancs ou noirs, europeens ou africains, qui dans le sang et les larmes ont donne le jour a cette Afrique du Sud aujourd’hui devenue la Nation arc-en-ciel.

Dominique Lapierre est le coauteur, avec Larry Collins, de Paris brule-t-il ?,… Ou tu porteras mon deuil, O Jerusalem, Cette nuit la liberte, Le Cinquieme Cavalier, New York brule-t-il ? Seul, il a ecrit : La Cite de la joie, Plus grands que l’amour, Mille soleils, Il etait une fois l’URSS et, avec Javier Moro, Il etait minuit cinq a Bhopal. Ses best-sellers ont inspire plusieurs superproductions cinematographiques. Ils ont ete lus par plus de cent millions de lecteurs dans le monde.

  • La revue de presse Audrey Levy – Le Point du 17 juillet 2008

De l’Inde avec La cite de la joie au Moyen-Orient avec O Jerusalem, il ne manquait plus qu’un continent au palmares des best-sellers de Dominique Lapierre. Avec Un arc-en-ciel dans la nuit, l’auteur leve le voile sur l’Afrique du Sud, trois siecles et demi d’une sublime epopee aux drames terribles…
Trois ans d’enquete, 250 interviews pour cette troublante fresque historique, placee en tete des ventes avec deja 110 000 exemplaires ecoules.

  • La revue de presse Claire Lesegretain – La Croix du 11 juin 2008

Apres le succes mondial d’O Jerusalem, de Cette nuit la liberte ou de New York brule-t il ?, co-ecrits avec son ami Larry Collins (decede en 2005), et le succes non moins considerable des ouvrages qu’il a ecrits seul (La Cite de la joie, Plus grands que l’amour…), Dominique Lapierre n’avait plus rien a prouver. Il s’est pourtant passionne pour l’histoire de l’Afrique du Sud, pendant plus de deux annees d’enquete minutieuse, de lecture d’archives, de dizaines d’entretiens, avec un resultat a la hauteur de ses precedents best-sellers…
A son habitude, Dominique Lapierre depasse les ideologies, en donnant a comprendre les motivations profondes des acteurs politiques.

  • Les courts extraits de livres : 10/05/2008

Alliages, viols, meurtres. Une croisade contre l’heresie d’une violence unique dans l’histoire. En cette fin du XVIe siecle, toutes les provinces septentrionales de la Hollande sont a feu et a sang. Les soldats de la tres pieuse Espagne qui occupent villes et campagnes font preuve d’une sauvagerie extreme. Leurs buchers brulent jour et nuit. Ils exterminent par milliers les adeptes d’une nouvelle religion prechee par un moine mendiant nomme Martin Luther qui vient de se soulever contre Rome et son pape corrompu par l’argent. Une revolte qui s’oppose au monde catholique de l’epoque, bientot suivie d’une autre repandue par un austere Picard au long nez et a la barbiche triangulaire, au cou ceint d’une etroite collerette de fourrure. Dans un manifeste lance a des centaines de milliers d’exemplaires depuis son refuge de Geneve, le theologien Jean Calvin veut imposer aux foules d’Europe la reconnaissance de la Bible comme source unique de la foi. Il leur revele que Dieu a expressement choisi certains peuples pour regner sur l’ensemble de sa creation.
La Bible ! C’est deja le livre phare des hommes et des femmes qui tentent d’arracher leur liberation aux legions papistes du plat pays hollandais. Et voici que des emissaires venus de Geneve leur annoncent qu’ils sont les nouveaux enfants d’Israel choisis par Dieu pour liberer leurs polders, comme jadis les Hebreux ont reconquis la terre promise de Canaan. Rien ne peut davantage exalter leur volonte de survie que cette affirmation d’appartenir a un peuple elu. Vous etes pour moi une nation sainte, un royaume de pretres ! Ne craignez rien, Jehovah est avec vous, son Ange combat a vos cotes ! repetent dans les eglises hativement reconverties en temples protestants les messagers de l’iconoclaste a barbiche triangulaire. Prenant a temoin les livres saints, ils expliquent aux revoltes qu’apres avoir ete asservis a la couronne d’Espagne et a la tiare papiste, ils sont aujourd’hui prets comme les peres des douze tribus d’Israel a reconquerir leur terre promise. Si Jehovah vous a choisis, clament-ils, ce n’est pas que vous etes le plus nombreux des peuples de la terre, mais au contraire le plus petit. S’appuyant sur le Deuteronome, ils lancent : Sera a vous tout territoire que vous arpenterez de vos pas, et la sera votre frontiere.
Comme il avait envoye, vingt siecles plus tot, l’empereur Cyrus au secours des juifs captifs de Babylone, Dieu depeche un autre liberateur a son peuple enchaine des provinces hollandaises. Il s’appelle Guillaume d’Orange. En deux fois moins de temps qu’il n’en avait fallu a Josue pour s’emparer de la Terre promise, le tres calviniste Guillaume reussit a affranchir sa nouvelle patrie de ses tyrans espagnols. Cette liberation va permettre a une mosaique de sept modestes provinces de former une vibrante republique et de devenir l’un des Etats les plus modernes et les plus puissants de la planete. Le prophete Calvin ne s’etait pas trompe. Dieu avait bien choisi la petite Hollande pour la conduire vers un destin privilegie. Le peuple batave se souviendra de cette grace de siecle en siecle jusqu’au jour ou, condamnes a survivre au milieu d’autres peuples, ses descendants commettront l’un des plus grands crimes de l’histoire de l’humanite. Mais en ce debut des annees 1600 on est loin de ce rendez-vous fatal. Heureux sont les hommes dont les offenses seront pardonnees, repete dans les temples de la nouvelle Eglise reformee de Hollande le psaume de la Bible. Le long des cotes de la mer du Nord, dans les basses terres et dans les villes de Zelande et de Frise, un age d’or est sur le point de naitre. Amsterdam en sera la nouvelle Jerusalem. En moins de vingt ans, la capitale de la Hollande devient le centre culturel, artistique, commercial et financier de l’Europe. Stimulee par l’energie spirituelle et intellectuelle puisee dans la lecture fievreuse des versets bibliques et des ecrits de Calvin, elle s’ouvre a toutes les cultures, tous les commerces, toutes les religions. Des chefs-d’oeuvre – et quels chefs-d’oeuvre ! – evoquent bientot cette epoque fremissante d’espoir illustree par les puissantes toiles de Rembrandt, de Franz Hais, de Vermeer, de Bruegel. Certes, le mode de vie de la societe hollandaise reste empreint de puritanisme calviniste. Mais derriere les austeres facades des nouvelles demeures patriciennes se cache un luxe inegale. Quant aux sombres couleurs des vetements qui semblent exclure toute coquetterie, elles dissimulent l’eclat de somptueuses etoffes de soie et de satin qui habillent les notables de la capitale.