Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Un certain felloni

Auteur : Michele Lesbre

Date de saisie : 02/03/2010

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : S. Wespieser editeur, Paris, France

Prix : 18.00 � / 118.07 F

ISBN : 9782848050232

GENCOD : 9782848050232

Sorti le : 06/05/2004

Acheter Un certain felloni chez ces libraires independants en ligne :
L’Alinea (Martigues)Dialogues (Brest)Durance (Nantes)Maison du livre (Rodez)Mollat (Bordeaux)Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

  • Les presentations des editeurs : 02/01/2010

Ferrare, 1943. Alors qu’il se rend a bicyclette a son poste de nuit, Felloni est pris par erreur dans une embuscade fasciste. Sans comprendre ce qui lui est arrive, le jeune homme se retrouve couche dans la neige, blesse, parmi d’autres agonisants.
Dans ce temps indistinct entre la vie et la mort, Felloni se rappelle l’epoque ou il n’etait qu’un enfant de cinq ans a la naissance du fascisme. Il courait dans les rues de Ferrare, effraye par les chants de propagande. Chez lui, on n’aimait pas les fascistes, on le disait souvent. Son pere les appelait ” les rats “. Le parfum de la cuisine de sa mere remonte a sa memoire, le gateau aux chataignes, l’odeur du tabac de son pere. Il se souvient aussi de Sandra dont l’amour lui fait oublier la guerre, Sandra la future mere de ses enfants.
Dans cette confrontation avec un passe tour a tour radieux ou sombre, deux histoires s’ecrivent en meme temps, celle de la vie et celle de la mort, celle de la joie simple que sans cesse tentent d’etouffer les tenebres de l’absurdite politique.
Autour de Felloni et des fusilles, dans la neige, se deroule un etrange ballet : la belle Anna rentre d’un rendez-vous amoureux, epiee par son mari derriere la fenetre ; le jeune Cinzio crie sa haine, poursuivi par sa mere eploree.
Michele Lesbre, en s’emparant de ce personnage de Felloni, qui apparait fugitivement dans une nouvelle de Giorgio Bassani, Une nuit de 1943, ecrit un texte intense et poetique sur l’absurdite de cette mort par erreur, sur l’absurdite de cette vie s’enfoncant dans les tenebres et la neige alentour.

Comme des reponses a ses visions a elle, les dessins de Gianni Burattoni viennent souligner l’etrangete de la situation, jouant sur toutes les gammes du gris comme pour dire de la pointe de la plume les brumes angoissantes du delta du Po et les souvenirs d’une epoque tragique.

  • La revue de presse Michel Abescat – Telerama

C’est la lecture de Giorgio Bassani qui a pousse Michele Lesbre vers Ferrare, la ville du romancier italien. Et cette ville qui l’a rapprochee encore de l’auteur du Jardin des Finzi-Contini. De ses obsessions, l’emerveillement de l’enfance, l’horreur de la guerre. Et de ses personnages. A l’instar de ce Felloni, tout juste entrapercu dans une courte nouvelle, Une nuit de 1943. Bassani ne disait rien de lui. Tout juste apprenait-on que la milice fasciste l’avait arrete, alors qu’il se rendait a son travail, pour le fusiller avec dix autres otages en represailles a l’assassinat du commandant de la region. Michele Lesbre s’empare de ce personnage. Il a 20 ans… Le lecteur a son tour construit mentalement le decor, le corps et le visage de ce garcon dont la vie s’echappe, porte par l’ecriture simple et dense, empreinte de poesie retenue, qui fait le talent de Michele Lesbre. Gianni Burattoni l’accompagne discretement de ses dessins entre noir et gris pour dire, avec une force extraordinaire, l’absurdite de cette mort anonyme.