Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Un ciel de glace

Auteur : Mirko Bonne

Traducteur : Juliette Aubert

Date de saisie : 09/05/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Rivages, Paris, France

Collection : Rivages-Litterature etrangere

Prix : 23.00 / 150.87 F

ISBN : 978-2-7436-1783-7

GENCOD : 9782743617837

Sorti le : 12/03/2008

  • Les presentations des editeurs : 08/05/2008

En 1914, Merce Blackboro, un jeune Gallois rustre et loyal, monte clandestinement a bord de L’Endurance.
Le trois-mats est pret a partir pour la plus folle des aventures : mener en Antarctique, avec la benediction du roi George, Sir Ernest Shackleton et ses vingt-six membres d’equipage. Mais l’expedition tourne a l’odyssee. Le bateau, prisonnier des glaces en mer de Weddell, derive. Obliges de debarquer sur la banquise, tous n’ont des lors plus qu’un seul objectif : survivre. C’est cette aventure sans precedent, une aventure legendaire longue de 635 jours, que Mirko Bonne raconte par la voix de Merce Blackboro.
Une histoire d’hommes exceptionnels dominee par la figure de Sir Shackleton, ce fin lettre fascine par le pole et epris d’impossible.

Mirko Bonne, ne en 1965, vit a Hambourg. Un ciel de glace est son premier roman traduit en francais.

  • La revue de presse Claire Devarrieux – Liberation du 8 mai 2008

Les hommes de l’Endurance sont au nombre de vingt-six, plus un : le jeune Perce Blackboro, passager clandestin. Mirko Bonne le rebaptise Merce et l’investit, l’invente de toutes pieces sur un canevas d’etapes reelles. Merce raconte les dix-sept mois de cohabitation ; a travers lui est convoquee toute la mythologie des explorateurs du pole Sud, de James Cook, en 1775, a Frederic Scott, mort de froid trois ans avant le depart de l’Endurance, en passant par Roald Amundsen : Bonne imagine que Merce est charge par le patron de lire toute sa bibliotheque en meme temps qu’il la range. Ainsi le mousse, a defaut d’anciennete professionnelle, a-t-il un savoir plus vieux que lui a transmettre. Est-ce inutile lorsque la nuit polaire risque de vous transformer en vampire ?

  • La revue de presse Michel Abescat – Telerama du 7 mai 2008

C’etait l’epoque, pas si lointaine, ou la planete gardait encore des secrets, ou les cartes demeuraient trouees de zones muettes, ou le voyage, souvent, prenait la dimension de l’aventure. Comme celle que raconte, avec une singuliere puissance, l’Allemand Mirko Bonne dans Un ciel de glace…
Mirko Bonne soigne les details, distille les atmospheres, se gave de paysages grandioses, lames gigantesques, ouragans surnaturels, deserts infinis de neige et de glace, se nourrit, comme les hommes, de steaks de phoque et de pates de manchot, s’enivre d’odeurs et de couleurs. Le lecteur suit, emporte par la force du recit et la coupante sobriete du style.