Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Un lendemain pas comme les autres

Auteur : David Le Breton | Hnina Le Breton

Date de saisie : 02/04/2008

Genre : Jeunesse a partir de 9 ans

Editeur : Belin jeunesse, Paris, France

Collection : Charivari

Prix : 6.50 / 42.64 F

ISBN : 978-2-7011-4715-4

GENCOD : 9782701147154

Sorti le : 01/04/2008

  • Les presentations des editeurs : 05/04/2008

Tom et Gregory decouvrent un plan d’eau. Fascine par la grue qui le surplombe, Tom n’a plus qu’une obsession : plonger de la-haut. Son ami tente de l’en dissuader. Pendant ce temps, Amina, en revolte contre sa famille, se heurte violemment a son pere et fait une fugue. Les destins de ces adolescents se croiseront pour le meilleur et pour le pire. Tom realisera-t-il son reve fou au peril de sa vie ? Amina lancee dans une course semee d’embuches, parviendra-t-elle a eviter les nombreux dangers qui la guettent ?

Au bout de leurs periples, apres avoir pris les uns et les autres des risques insenses, plus rien ne sera jamais comme avant, a commencer par eux…
Une histoire autour de la prise de risque

  • Les courts extraits de livres : 05/04/2008

En ce dimanche ensoleille de septembre, Tom entendit sous sa fenetre les appels de son ami Gregory. Il se preparait a chercher dans le frigidaire les restes du repas de la veille. Pour une fois, il avait mange avec sa mere, rentree tot de son travail a l’hopital. Il s’approcha de la fenetre et fit signe a Gregory qu’il descendait. Il avala un yaourt a toute allure. Tant pis pour la suite, il se rattraperait plus tard.
Sa mere travaillait dur et n’etait pas souvent la. En plus elle voyait ses amis, ce qui la rendait encore moins disponible. Il avait a peine connu son pere parti depuis longtemps. Deux ou trois ans. Il se souvenait de ses acces de violence contre sa mere. L’instant d’apres, il redevenait doux comme un agneau. C’etait difficile a comprendre. Il etait finalement parti avec une autre femme, et Tom ne le voyait guere qu’une fois ou deux par an. Sans grand plaisir car il avait maintenant deux autres garcons avec lesquels il ne s’entendait pas du tout. Il repoussa cette pensee.

Tom avait treize ans. Il vivait a Schiltigheim, pres de Strasbourg dans un quartier ou il etait difficile d’avoir de l’intimite chez soi. Dans sa chambre il entendait le rap de son voisin, un copain d’ecole, qui ecoutait toujours ses CD a plein tube. Dans la salle a manger, on entendait la television du locataire d’a cote, un vieil homme un peu dur d’oreille.
La seule chose qui lui plaisait dans l’immeuble, c’etait une voisine, Amina; elle etait malheureuse car ses parents lui accordaient peu d’attention. Tout leur amour allait a leur fils Farid, un bon copain, qui essayait en vain de proteger sa soeur. En la voyant, Tom etait bouleverse a chaque fois et n’osait s’adresser a elle. Il aurait voulu devenir son ami, mais elle etait sans doute aussi timide que lui et ils ne reussissaient jamais a se parler vraiment.

Tom devala l’escalier, descendit a la cave et ouvrit la porte du cagibi ou il rangeait son velo. Il le prit sous le bras et remonta les quelques marches. Gregory l’attendait. Le dimanche apres midi, ils se retrouvaient et partaient le long du canal ou vers le quartier du Wacken et la foret de la Robertsau. Ils devalaient a toute vitesse les talus, effrayant avec plaisir les petits accroches aux basques de leurs parents. Ils s’amusaient a foncer sur les chiens en liberte qui encombraient les chemins et freinaient brusquement en riant aux cris de leurs maitres. Ils etaient certainement les seuls a se rafraichir dans la riviere, les ruisseaux et les etangs. Ils adoraient se baigner et nageaient comme des poissons. Ils n’y voyaient jamais personne, malgre la persistance de la chaleur en ce mois de septembre.
Gregory vivait avec son pere et sa mere. Il etait fils unique. Son pere travaillait dans une banque : il accueillait les clients et les conseillait sur les prets pour acheter des maisons ou des appartements. Sa mere etait secretaire medicale. Elle prenait les rendez-vous, recevait les clients et s’occupait des papiers.

Tom loucha avec envie sur le tee-shirt Puma de son copain. Il n’avait pas reussi a convaincre sa mere de lui en acheter un. Ils se frapperent la paume de la main comme de vrais hommes et enfourcherent leurs velos.