Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Un siècle en cinq actes ; Les grandes tendances du théâtre belge francophone au XXe siècle

Auteur : Collectif

Il n’est pas d’art plus subordonné à la mémoire que le théâtre.
Et pas seulement parce que les acteurs sont censés connaître leur texte ” par coeur “, ce qui fascine le profane et est en réalité le cadet de leurs soucis. Si le théâtre dépend d’une mémoire, c’est de celle de ses spectateurs. On ne rappellera jamais assez que tout un chacun, grâce aux techniques d’archivage modernes, peut se doter d’une culture littéraire, musicale, cinématographique, plastique au prix d’une immersion dans un musée imaginaire rendu possible par le développement des supports mécaniques.
Dans le théâtre, rien de pareil, parce que rien ne permet de conserver une représentation à l’identique, qui suppose la coïncidence de deux consciences en action, celle de l’acteur et celle du spectateur, et puis la décantation, dans le souvenir de ce dernier, de ce qu’il a vu, capté, éprouvé, éléments singuliers, au surplus, liés à sa propre subjectivité, à sa propre réserve d’expérience et de culture qui lui font enregistrer certaines choses et pas d’autres, différentes de celles que ses voisins ont, pour leur part, retenues.
On peut en conclure un peu vite que faire dès lors l’histoire du théâtre est chose impossible. Il se trouve que l’on ne se résout pas à cette amnésie, que l’amour du théâtre est le plus fort, que le désir de le prémunir de l’oubli l’emporte sur le constat de carence. Cette contradiction est la base de notre entreprise : retracer cent ans de théâtre en Belgique francophone, ces cent années qui constituent l’essentiel de cette activité dans nos contrées.