Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Une belle mort

Auteur : Gil Courtemanche

Date de saisie : 17/03/2006

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Denoel, Paris, France

Collection : Roman francais

Prix : 16.00 / 104.95 F

ISBN : 978-2-207-25758-6

GENCOD : 9782207257586

  • Les presentations des editeurs : 14/05/2006

Rassembles un soir de Noel dans la grande maison familiale, Geraldine la banquiere, Julie la tragedienne, Bernard le geographe, Mireille l’homeopathe, Lise l’infirmiere, Claude l’enseignant s’abandonnent avec le narrateur au spectacle tragi-comique de leurs parents en fin de course : une mere qui s’amenuise, un pere prive de mots par le parkinson… Hypnotises par la souffrance du pere, dictateur dechu que tourmentent d’implacables interdits alimentaires, les enfants apprivoisent, sous l’impulsion d’un jeune neveu fou d’echecs, une idee scandaleusement salvatrice. Et si, plutot que de vieillir sans vivre, il etait mieux d’en finir un peu plus vite ? De tuer les parents a coups de foie gras, d’alcool et d’emotions ? Une sorte de meurtre gastronomique pour les mener joyeusement a la tombe…

A travers cette meditation acide et tendre sur la disparition inconcevable de ceux qui nous ont donne la vie, Gil Courtemanche touche le nerf de nos destinees humaines. Transcendant avec humour tous les tabous, il nous seduit par une pensee merveilleusement inattendue et salubre de la mort.

  • La revue de presse Michele Gazier – Telerama du 15 mars 2006

Un dimanche a la piscine de Kigali, premier roman du Quebecois Courtemanche, longtemps correspondant en Afrique pour Radio Canada, etait a l’evidence proche de son experience de journaliste… Avec ce deuxieme roman, le journaliste s’eloigne pour laisser toute la place au romancier. L’histoire est somme toute banale : une soiree de Noel en famille ou se retrouvent freres et soeurs, neveux et nieces autour du vieux couple parental. Elle, la mere, tient le coup, toujours presente et toujours conciliante. Lui, le pere, figure de l’autorite, est atteint de la maladie de Parkinson et souffre de troubles cardiaques… Gil Courtemanche ecrit la un drame ordinaire dans une langue classique, sans quebecismes superflus, juste ce qu’il faut de mots a soi pour evoquer l’intimite familiale. Et l’on est trouble, voire bouleverse par la verite de ces situations tristement banales qu’il saisit en observateur implacable et en ecrivain sensible…