Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Une breve histoire du tracteur en Ukraine

Auteur : Marina Lewycka

Traducteur : Sabine Porte

Date de saisie : 02/07/2008

Genre : Romans et nouvelles – etranger

Editeur : Ed. des 2 terres, Paris, France

Prix : 21.50 / 141.03 F

ISBN : 978-2-84893-050-3

GENCOD : 9782848930503

Sorti le : 20/03/2008

  • Le choix des libraires : Choix de Clo Brion de la librairie VANDROMME a LES VANS, France – 17/09/2008

Les amours improbables de Nikolai, nonagenaire eperdu et de Valentina, jeune ukrainienne aux seins de silicone prete a tout pour assouvir son desir de luxe a l’occidentale. En parallele, l’evolution technique du tracteur et son progres pour l’humanite sur fonds d’Histoire, de Seconde guerre mondiale et de secrets de famille.
Le tout est un roman exuberant, drole et detonnant pour une rejouissante lecture d’ete !

  • Les presentations des editeurs : 17/09/2008

Un portrait exuberant de senilite, de luxure et d avidite… un petit bijou !
The Economist

Quand leur pere Nikolai, veuf depuis peu, leur annonce qu’il compte se remarier avec Valentina, Vera et Nadezhda comprennent qu’il va leur falloir oublier leurs vieilles rivalites pour voler a son secours. Car Valentina a cinquante ans de moins que lui, des ogives nucleaires en guise de poitrine, et un certain penchant pour les plats surgeles ! Mais surtout, elle est prete a tout pour assouvir sa quete du luxe a l’occidentale. Tandis que Nikolai poursuit tant bien que mal son chef-d’oeuvre – une grande histoire du tracteur et de son role dans le progres de l’humanite – les deux soeurs passent a l’action. Commence alors une bataille epique pour deloger l’intruse aux dessous de satin vert, sur fond de secrets de famille.

Marina Lewycka est nee a la fin de la guerre de parents ukrainiens dans un camp de refugies a Kiel, en Allemagne, et a grandi en Angleterre. Elle est mariee, mere d’une fille aujourd’hui adulte et vit a Sheffield, ou elle enseigne a Hallam University.
Son premier roman, Une Breve Histoire du tracteur en Ukraine, est un best-seller exceptionnel en Angleterre. Laureat du SAGA Award for Wit et du Prix Bollinger Everyman Wodehouse for Comic Fiction en 2005, il a ete traduit en trente-deux langues.
Marina Lewycka vient de publier son second roman, a paraitre aux Editions des Deux Terres.

  • Les courts extraits de livres : 17/09/2008

Deux coups de fil et un enterrement

Deux ans apres la mort de ma mere, mon pere tomba amoureux d’une seduisante Ukrainienne blonde divorcee. Il avait quatre-vingt-quatre ans et elle trente-six. Elle eclata dans nos vies comme une vaporeuse grenade rose, remuant les eaux troubles, ramenant a la surface une fange de souvenirs evacues, delogeant les fantomes de la famille d’un bon coup de pied au derriere.
Tout commenca par un coup de fil.
La voix de mon pere, tremblante d’excitation, crachote a l’autre bout du fil : Bonne nouvelle, Nadezhda. Je me marie !
Je me souviens encore du brusque afflux de sang sous mon crane. Pourvu que ce soit une plaisanterie !
Il a perdu la tete ! Espece de vieil imbecile ! Mais je garde mes commentaires pour moi. C’est formidable, papa, lui dis-je.
– Oui, oui. Elle vient d’Ukraina avec son fils. Ternopil en Ukraina.
Ukraina. Il soupire, respirant le parfum inoubliable des foins coupes et des cerisiers en fleur. Quant a moi, je distingue nettement l’arome synthetique de la Nouvelle Russie.
Elle s’appelle Valentina, me dit-il. Mais elle ressemble davantage a Venus. Venus Botticelli emergeant de vagues. Cheveux d’or. Regard enchanteur. Poitrine remarquable. Quand tu la verras, tu comprendras.
L’adulte que je suis est indulgente. Comme c’est touchant, ce dernier amour tardivement eclos. La fille que je reste est indignee. Le traitre ! Le vieux bouc libidineux ! Dire que ca fait a peine deux ans que notre mere est morte. J’eprouve un melange de colere et de curiosite. J’ai hate de la voir, cette femme qui usurpe la place de ma mere.
Elle a l’air fabuleuse. Quand est-ce que je peux la rencontrer ?
– Apres mariage, tu pourras rencontrer.
– Il vaudrait mieux que je la rencontre avant, non ?
– Pourquoi tu veux rencontrer ? C’est pas toi qui epouses. (Il sait bien qu’il y a quelque chose qui cloche, mais il croit pouvoir s’en tirer a bon compte.)
– Mais enfin, papa, tu es sur d’avoir bien reflechi ? Ca me parait si soudain. Elle doit etre bien plus jeune que toi.
Je prends soin de moduler ma voix afin de dissimuler toute trace de desapprobation, comme un adulte du haut de son experience face a un adolescent fou amoureux.
Trente-six. Elle a trente-six ans et moi quatre-vingt-quatre. Et alors ? (Il roule les r. Et alorrrs ?)
Le ton est sec. Il avait prevu cette question.
Ca fait une sacree difference d’age…
– Nadezhda, j’aurais jamais cru que tu aies esprit aussi bourgeois. (Il met l’accent sur la derniere syllabe, geoaahh !)
– Mais non. Il me met sur la defensive. C’est juste que… ca peut poser des problemes.
Ca ne posera aucun probleme, m’assure papa. Il les a tous anticipes. Il la connait depuis trois mois. Elle a un oncle a Selby, qu’elle est venue voir avec un visa de tourisme. Elle veut refaire sa vie a l’Ouest avec son fils, avoir une belle vie, un bon travail, un bon salaire, une belle voiture – hors de question Lada ou Skoda -, une bonne education pour son fils – Oxford ou Cambridge, rien d’autre. C’est une femme instruite, entre parentheses. Diplomee de pharmacie. Elle trouvera facilement un travail bien paye quand elle aura appris l’anglais.