Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Une promesse

Couverture du livre Une promesse

Auteur : Sorj Chalandon

Date de saisie : 00/00/0000

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Grasset, Paris, France

Prix : 15.90 €

ISBN : 978-2-246-71171-1

GENCOD : 9782246711711

  • La Radio des libraires : Thierry Lequenne de la librairie L’ANGE BLEU a VENDOME, France – 21/09/2006

Telecharger le MP3

Thierry Lequenne recommande la lecture de ce roman de Sorj Chalandon

  • Le journal sonore des livres : Sorj Chalandon – 21/09/2006

Telecharger le MP3

Sorj Chalandon – 20/09/2006

  • Les presentations des editeurs : 21/09/2006

Nous sommes en Mayenne, une maison a l’oree d’un village. Tout est silencieux, les volets fermes et la porte close.
Nuit et jour pourtant, sept amis en franchissent le seuil. Les uns apres les autres, chacun son tour et chacun sa tache. S’accomplit ainsi le serment de sept ames vives a deux ames sombres : la parole donnee pour retarder le deuil.
Voici l’histoire d’un mystere et d’une fraternite.

Sorj Chalandon, 54 ans, est journaliste a Liberation depuis 1975. Il a couvert des evenements comme la guerre du Liban, le Tchad, la Somalie, l’Afghanistan ou la guerre du Golfe. Ses reportages sur l’Irlande du Nord et le proces de Klaus Barbie lui ont valu le prix Albert Londres en 1988. Apres Le Petit Bonzi (Grasset 2005), Une Promesse est son deuxieme roman.

  • La revue de presse Alexandre Fillon – L’Express du 16 novembre 2006

Le Petit Bonzi, premier roman de Sorj Chalandon, etait excellent. Une promesse, le deuxieme, est meilleur encore…
Prix Albert-Londres pour son travail dans les colonnes de Liberation, Chalandon n’est plus seulement journaliste. En deux romans tenus et faussement simples, il s’est aussi transforme en ecrivain. De ceux capables de faire jaillir les emotions, de magnifier les secrets de l’enfance.

  • Les courts extraits de livres : 22/09/2006

C’est trois ans apres leur mariage qu’Etienne et Fauvette ont achete Ker Ael. Longtemps Etienne a cherche une maison orientee a l’ouest, avec un grenier et une fenetre haute, degagee, sans obstacle jusqu’a l’horizon. Une fenetre que l’on puisse voir de loin.
– Une fenetre qui soit connue du ciel, disait-il.
Ker Ael s’appelait La Foucaudiere, du nom d’un ruisseau qui coule plus au nord pres de Saint-Loup-du-Gast. Une belle maison, juste a l’entree du bourg, avec un grand salon, une cheminee ancienne, une chambre a l’etage, une alcove, une remise adossee aux grosses pierres d’enceinte, un jardinet ouvrant sur la route et un grenier. Un grenier comme il fallait pour installer la veilleuse de son pere, avec une lucarne ronde, epaisse comme un sabord de muraille. La premiere fois qu’ils ont visite la maison, c’est dans le grenier qu’Etienne est alle tout d’abord. Fauvette etait au salon, assise sur une chaise, au milieu de la piece. Elle regardait autour. Elle imaginait la commode, le buffet, la table, la toile ciree rougie de coquelicots, le bougeoir en forme de chat assis, la bibliotheque. Etienne, lui, est monte sans un mot. Il est alle au grenier, il a pose son front contre la fenetre, il a regarde le ciel jusqu’a l’ouest, jusqu’apres la foret, jusqu’au plus loin de tout. Il a senti monter les larmes. Il a cogne du poing contre la pierre du mur, puis est redescendu en disant que oui, ils prenaient la maison.
– La chambre est comment ? a demande sa femme.
– Quelle chambre ? a demande Etienne. Fauvette a ri.

– Informations legales – Programmation : Olf Software – Accessibilite, CSS et XHTML : Gravelet Multimedia