Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Vibrato

Auteur : Kent

Date de saisie : 10/01/2007

Genre : Romans et nouvelles – francais

Editeur : Lattes, Paris, France

Prix : 17.00 / 111.51 F

GENCOD : 9782709629096

Sorti le : 10/01/2007

  • Le journal sonore des livres : Lu par Francois Attia – 19/03/2007

Telecharger le MP3

Francois Attia – 19/03/2007

  • Les presentations des editeurs : 10/01/2007

On ne soupconne pas le pouvoir d’une chanson parce qu’on ne lui en prete aucun. On se gargarise de grands classiques litteraires, picturaux, cinematographiques, pas de chansons. Pourtant, c’est le seul vehicule a sentiments qui nous desarme. Quand on evoque un livre, une peinture, un film, on se rappelle de l’oeuvre de quelqu’un. Quand on se souvient d’une chanson, on se rappelle de soi. Telle chanson, le premier flirt, telle autre, des vacances, une saison heureuse, un coup dur… Plus fort encore : quelques notes suffisent a reveiller le desir, le courage, l’insouciance. Meme Groszman, qui aligne les chansons dans des colonnes de chiffres, fredonne des refrains qui le chamboulent. Meme ma femme, en ce moment, doit faire un effort pour lutter contre des melodies qui lui serinent qu’elle m’a aime.
Kent a grandi a Lyon. Ex-membre du groupe Starshooter, auteur-compositeur-interprete consacre par la chanson Juste quelqu’un de bien, pour Enzo Enzo. Il signe avec Vibrato un roman rejouissant sur les milieux de la musique.

  • Les courts extraits de livres : 10/01/2007

Je regarde la bouteille. Je regarde la chaise vide en face de moi. Est-ce que c’est l’alcool qui m’a conduit dans une impasse ou le contraire ? Le restaurant est bonde et des gens entrent et sortent toutes les trente secondes. Au Restaurant du Coin, la clientele de midi, ce sont les employes de bureau des alentours. J’en suis un.
– Salut, Jacky !
– Salut !
Ouais. Nombre de collegues viennent s’y elargir la ceinture. Les plus verts mangent beaucoup et se rincent a l’eau gazeuse, les plus murs aussi, le pot de rouge en plus. Les filles prennent des salades et des mousses au chocolat. Le plan large nous egare dans un panoramique de la banalite. Le plan rapproche nous apprend par les paroles echangees que la plupart des clients fricotent dans la musique, cote business.
– Salut, Jacky !
– ‘Lut !
Une grande famille. On se connait tous. On se reconnait. On s’ignore aussi. Comme partout. Il rend melancolique ce comme partout. Je pense souvent aux gens de la rue, aux autres employes de bureau, aux provinciaux, a la masse populaire, a M. Pekin Moyen et Mlle Lambda qui ont des metiers lamentables et qui, pour se rincer les idees, ecoutent de la musique. Je me rememore lorsque j’etais le fils de M. Pekin Moyen, le cinema que je me jouais rien qu’a contempler une pochette de disque, rien qu’a capter une melodie a la radio, a voir la trombine d’un chanteur a la tele. J’entrais dans la quatrieme dimension. J’y suis aujourd’hui. La quatrieme dimension est une entreprise a la con.
– Salut, Jacky, ca va ?
– Pas mal, et toi ?
Il a deja tourne la tete.